Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2006 5 20 /01 /janvier /2006 10:53

 

 

 

Forte de cette heureuse expérience, je décide de prendre ma vie en mains.

J’en ai assez d’être toujours malade, d’aller chez le médecin chaque semaine.
 
 
Alors que nous sommes une fois de plus dans la salle d’attente, je vois l’épouse du médecin qui joue avec son enfant dans le jardin. Je vais la rejoindre. Elle a toujours quelques mots gentils à me dire. Comme elle me demande ce qu’il m ‘arrive encore, je lui dis que je ne veux plus passer mes jeudis après midi dans cette salle d’attente, que je veux vivre comme les autres jeunes filles de mon âge, que je ne veux plus que ma mère m’accompagne au collège, que je ne veux plus être surprotégée… 
 
Elle me sourit, m’embrasse et dit qu’elle va en parler au docteur…
Quand vient notre tour, le médecin demande à ma mère de sortir. Je dois lui expliquer ce qui ne va pas et pourquoi je me révolte contre cette situation.   
Il dit qu’avec son épouse, ils attendaient ce moment. Il fallait que je réagisse, il ne pouvait rien faire avant…
 
 
Il fait entrer ma mère et annonce qu’il va prescrire un médicament : du Valium (considéré maintenant comme une drogue) que je dois gérer selon mes besoins. Avant et après un examen ou un contrôle par exemple ou lorsque je ressens une forte émotion. Je ne dois pas attendre de ressentir les manifestations de ma nervosité, il faut les devancer… 
 
Après un léger tâtonnement (le médicament pris trop tôt ou trop tard par rapport à l’événement perturbateur) et avoir écarté, non sans difficultés, ma mère de la gestion, je commence enfin une vie normale.

 
Petites réflexions personnelles : Il paraît que l’ingestion de Valium à forte dose provoque un effet semblable à la drogue. En prononcer le nom me classe immédiatement comme droguée. En posséder une boîte me rassure, ma consommation est d’environ une boîte (au dosage le plus faible) sur trois ans… Pas de quoi me considérer comme droguée ! ! !


 
 
 

valium,largactil,droguée,dosage,malade

 




Page suivante   Page précédente

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 1948 - 1969
commenter cet article

commentaires

Corinne 26/04/2007 09:27

C'est un super médecin que tu as rencontré là..............;;;;comme il n'en existe malheureusement plus beaucoup !!!!

Camomille 28/04/2007 23:05

Il en existe toujours mais ils sont rares. Il a fait beaucoup pour moi.

Coco 31/01/2006 14:32

Oui à la vie tu me l'as dit il n'y a pas si longtemps que ça et tu as raison, il faut relever la tête et avancer.
Tu l'as très bien fait et tu ne peux qu'en être fière.

Camomille 31/01/2006 23:41

Je ne suis fière de rien mais j'ai le sentiment d'avoir bien rempli ma vie, c'est déjà ça...

Carpette 23/01/2006 07:11

un petit coucou du lundi matin. bonne semaine. bisous

Camomille 23/01/2006 23:27

Merci Laeti, raconte nous encore plein d'histoires amusantes. Bises à Carpette.

line 22/01/2006 16:44

bonjour Camomille, bravo d'avoir réagi sainement. Maintenant ne culpabilise pas trop la prise des médicaments c'est parfois une béquille nécessaire que tu pourras laisser de toi même le moment venu tout comme tu as pu parler à la femme de ce médecin!
bises

Camomille 22/01/2006 23:03

Merci Lyne, je ne laisserai jamais ce médicament comme tu le dis il est une béquille. Ma vie a été difficile et il m'a aidé tout au long des années. Ce qui me gêne c'est la bêtise des gens qui te classent en droguée sans rien connaître. Ce médicament ne créé pas de dépendance.

Béatrice 22/01/2006 16:08

ça n'a pas l'air trop problématique comme dépendance! Avant de prononcer des mots aussi fort que drogue, il faut vraiment réfléchir. Ce que tu décris comme consommation n'a absolument rien d'une toxicomanie. Parfois les médicaments sont utiles, quand ils sont prescrits avec réflexion et consommés sans abus. Si cette prescription t'a aidée à passer un cap, tu peux la considérer sans honte. Dire aux gens qu'ils doivent absolument s'en sortir seuls relèvent parfois de la cruauté. il arrive qu'on ne puisse pas s'en sortir seul! Poursuis donc tes réflexions personnelles!

Camomille 22/01/2006 22:55

Merci Béatrice venant d'une professionnelle ce mot me touche beaucoup. Bien entendu tu as compris que j'ai une certaine honte de l'usage de ce médicament alors qu'au fond de moi je remercie son inventeur tous les jours pour m'avoir permis de vivre normalement.

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories