Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 15:09


 

Je ne peux pas laisser mon fils partir en province sans nous être réconciliés. J’appelle Miguel mais il reste distant. Il est vraiment fâché contre moi. 

Je ne sais pas trop quoi dire. Il est heureux de déménager, je suis très malheureuse ! Sa joie m’agace, ma tristesse le révolte. 

Il me fait comprendre que mon attitude est égoïste. Je dois penser à sa famille, à son bien-être. 

Il est arrivé au fond d’une impasse. Il n’a aucune chance d’évoluer dans son travail, sa femme est épuisée physiquement et moralement par les transports et des horaires démentiels, ses enfants sont en manque d’affection et d’attention. 

En partant en province il compte s’installer à son compte, son épouse aura des horaires beaucoup plus raisonnables, ses enfants auront une grande maison, un grand jardin, un chien et beaucoup plus de loisirs loin du stress de la région parisienne. 

C’est vrai, tout cela, j’en suis consciente mais je ne peux pas m’empêcher d’être triste. Je ne vois qu’une chose, ils partent…  

Miguel dit qu’ils ne partent pas au bout du monde, un peu moins de 400 kilomètres de chez moi. Il a parcouru cette distance en trois heures ! Je peux aussi prendre un abonnement SNCF si je ne veux pas faire de la route… Je devrais être contente au contraire, je vais pouvoir venir me reposer à la campagne… 

Je préfère ne pas répondre. 
 

Qu’il ait mis trois heures un jour dans des conditions très favorables, n’implique pas que c’est le temps normal. Je sais qu’il faut compter au moins une heure de plus pour un retour le dimanche soir avec les embouteillages. Quant au voyage en train, sans compter le cauchemar des bagages et du chien (qui n’est admis ni dans le bus, ni dans le métro) le temps de parcours serait approximativement identique. 

Quand ils habitaient en région parisienne, nous pouvions passer quelques heures ensemble sans pour cela nous retarder dans notre travail (nous profitons souvent du week-end pour exécuter des tâches fastidieuses) tout en nous ménageant un bon temps de repos. 

Nous ne sommes plus jeunes, pour tenir nous devons nous ménager. Deux semaines d’affilé sans même une demie-journée de repos me semble au dessus de mes forces. Sans compter le fatigue engendrée par le « chamboulement » de mon organisation bien rôdée (courses, repas préparés d’avance pour la semaine, repassage, etc.). 

Il faut se rendre à l’évidence, nous ne nous verrons pratiquement plus et j’en suis désespérée.



faches,dispute,désaccord
 

La veille du déménagement, Kate et Miguel viennent dîner avec nous au restaurant où nous les avons invités. Ma tête est vide, je ne trouve rien à dire, mon cœur est trop serré. Miguel est excité, probablement pour cacher son angoisse car au fond de lui il sait bien que ses arguments ne tiennent pas et que nous ne nous verrons plus que rarement. 

Je passe une très mauvaise soirée. Je voudrais à la fois qu’elle se termine vite pour ne pas craquer mais aussi qu’elle ne se termine jamais pour reculer le moment des adieux. 

Je retiens mes larmes. Nous montons dans nos voitures et après un dernier signe de la main, chacun part de son côté. Je me sens vide.

 

  

 

 

Page suivante - Page précédente

 





Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 2007
commenter cet article

commentaires

Julima 19/03/2008 07:36

Bonjour Camomille,bon d'un coté je comprends bien les arguments de ton fils mais je sais très bien ce que veut dire un tel éloignement... Moi qui habite si loin de mes parents (1000 km), je peut te dire qu' avec le temps cet éloignement pèse de plus en plus lourd. Surtout quand un parent tombe malade et décède... Et moi qui ne suis pas arrivée à temps... Je t'embrasse bien fortJulima

Camomille 02/04/2008 13:55


Merci Julima, ce commentaire me force à réfléchir.


Louly cot cot cot !!! :0091: :0075: 16/03/2008 10:25

bon dimanche !!!

Camomille 18/03/2008 17:11

Merci !

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories