Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2006 1 06 /02 /février /2006 08:12

 

 

 



Peu de temps avant de quitter le village il m’est arrivé une mésaventure. 

 

 
Un soir en rentrant du travail, je descends du car et je marche dans une petite ruelle mal éclairée. Il n’y a aucune habitations, rien qu’une école, déserte à cette heure. Mes beaux-parents habitent à 200 mètres. J’ai un peu faim et pour lutter contre la nausée je mange une orange.

En face de moi je distingue une silhouette hésitante sur un vélo qui avance doucement dans ma direction. Lorsqu’il me croise je vois que c’est un des ouvriers agricoles qui travaille pour le maraîcher. Ces ouvriers sont d’ex délinquants en réinsertion sociale.
Je suis sur mes gardes. J’entends le bruit du vélo qui tombe, je me retourne et vois le gars se précipiter sur moi. Il me jette dans le fossé et se couche sur moi. Avant de tomber j’ai commencé à hurler et je continue et me débattant de toutes mes forces. J’ai toujours mon orange à la main et je m’en sert comme d’une pierre. Par chance je le frappe sur l’œil, l’acidité le pique tellement qu’il me lâche. Pendant qu’il se frotte l’œil je me relève et prend la fuite.

Je croise mes beaux-parents qui ont entendu des cris et arrivent en courant. Ils me réconfortent et m’amènent directement à la gendarmerie pour porter plainte.

Je suis pleine de terre et je tremble. Dès les premiers mots je comprends que ma démarche est inutile. Le gendarme dit que ma tenue vestimentaire (mini-jupe et talons hauts) sont la cause de cette agression. Il est clair que j’ai provoqué ce pauvre garçon… d’autre part, ma réputation de fille facile lui a certainement laissé penser qu’il pouvait " tenter sa chance ".
Je suis abasourdie : tenue provoquante, fille facile, tenter sa chance ! mais alors c’est lui la victime!
Le gendarme insiste : si je porte plainte, je vais causer un préjudice à ce garçon qui concrètement n’a rien fait d’autre que de me faire tomber dans l’herbe. Il suffit de laver mes vêtements et il n’en restera rien…
Comme je persiste à vouloir porter plainte il me dit de revenir la signer le lendemain, après avoir bien réfléchi…
Le lendemain quand je me présente pour signer, le gendarme que j’ai rencontré est absent.
Je dois revenir une autre fois.


Pendant les mois qui suivent, je relance pour savoir où en est cette affaire, on me répond que c’est " en cours ". Un jour on me dit que l’affaire a été classée sans suite… 


N’ayant jamais reçu la moindre preuve écrite ni de la transmission de l’affaire, ni de son classement je crois être en droit de penser qu’elle n’a jamais été transmise à qui que ce soit.




agression sexuelle

 



Page suivante
   Page précédente




Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 1948 - 1969
commenter cet article

commentaires

anic 13/05/2009 17:03

je ne saurai dire si les expériences amoureuses rendent plus forts,mais je suis heureuse de ne pas avoir connu tous ces déboirs sentimentaux...Quant aux curés,j'ai vécu une situation semblable pour me marier à l'église car mon mari est athée,c'est moyennant finance que l'accord nous a été donné,depuis je suis toujours croyante mais je reste très méfiante face aux hommes d'église.Les temps changent et je pense que maintenant les femmes sont mieux accueillies dans les services de police,les lois évoluent et font avancer le droit des femmes à être respectées face au machisme de certains hommes.je trouve que vouv vous racontez avec honnêteté malgré des situations qui me semblent  intimes...je suis peu être un peu coincée...

Camomille 15/05/2009 15:00


Bonjour Anic,
C'est dur quand on voit l'église "idéale" et quon découvre la réalité. Moi aussi je suis toujours croyante, mais je ne crois plus en ceux qui se disent les représentants de Dieu. J'ai rencontré des
curés formidables mais d'avantage de "bof-bof"  cupides, prétentieux... enfin tout ce qui est le contraire de ce qu'on peut attendre d'eux.
Je ne sais pas comment la police évolue, en bien j'espère... le fait qu'il y ait des femmes dans la police, doit aider un peu...
Désolée si je vous ai choquée, mais je suis ainsi... je dis les choses comme elles sont.

Merci pour votre commentaire.



eva 08/02/2006 02:12

ptit coucou en passant, j'espère que tu vas bien ;)

passe une bonne nuit!

ciao ciao :)

Camomille 08/02/2006 23:25

Bises

eva 06/02/2006 15:57

pauvre Camomille...quelle humiliation...lorsqu'on trouve plus d'aide auprès d'une orange que d'un gendarme il faut commencer à se poser des vraies questions...je la tourne un peu pour que ça soit marrant...mais c'est effarant...:(

...

quel honte pour ce gendarme sans conscience...et bravo à toi d'avoir réagit vite!!!

gros bis et à +

Camomille 06/02/2006 23:52

J'aime bien ton humour éva et c'est bien de détendre le climat. Bises affectueuses

mel 06/02/2006 13:31

C'est révoltant !!!!
Non seulement tu te fais agresser sauvagement mais on ignore aussi ta douleur et on te rends coupables de la violence que tu as subit !!! C'est hallucinant..mais c'est malheureusement ce que subissent bcp de femmes en france mais surtout dans des pays où les droits de la femme sont inexistants...Courage !

Camomille 06/02/2006 23:50

C'est tellement plus facile comme ça. Heureusement que je suis naturelement blindée contre la douleur morale mais s'il était arrivé la même chose à une fille fragile, cela aurait pû foutre sa vie en l'air.

Clo 06/02/2006 13:16

C'est sûr, trop insignifiante ton affaire, trop de paperasseries à remplir, ou tout simplement trop de conséquences...pour qui ? Gros bisous Clo

Camomille 06/02/2006 23:47

Et surtout je me croyais bien intégrée au village mais au fond je restais quand même la parisienne...

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories