Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2006 6 25 /02 /février /2006 13:05
 
 

La vie a repris normalement, les brutalités aussi. L’agressivité à mon égard a grimpé d’un échelon.

Un soir je suis à la maison, James rentre, rassemble des vêtements, des livres, des disques et le matériel scolaire qu’il transporte chaque jour.
Il ouvre la porte et jette tout dans l’escalier, il retire ses lunettes, les piétine, remonte, se griffe le cou, claque la porte plusieurs fois et s’élance dans l’escalier en hurlant… Je ne comprends rien…

Une bonne heure plus tard, il rentre avec toutes les affaires qu’il a ramassées, ses lunettes cassées et se comporte comme si tout était normal. Il ne répond pas à mes questions, il semble très content de lui.

Quelques jours plus tard, je reçois une convocation de la gendarmerie. Il y en a une pour lui aussi. Il jubile.

Le commissaire m’informe que mon mari a porté plainte contre moi pour
- agression : j’ai essayé de l’étrangler, lui ai arraché ses lunettes que j’ai cassées volontairement et pour
- destruction de matériel pédagogique, dans le but de nuire à sa vie professionnelle et à l’éducation Nationale… Rien que ça !
Le commissaire nous demande de raconter chacun notre version.

Quand nous avons fini, il se dit étonné que James ne soit pas parvenu à me maîtriser alors qu’il me dépasse de 35 cm et pèse 50 kg de plus.
Cette question ébranle fortement la stratégie de mon cher époux. Il avoue rapidement qu’il a tout inventé pour se venger de l’intervention des policiers y a un mois.

L’affaire est classées sans suite. Le commissaire déconseille à mon mari de refaire ce genre de déclaration mensongère sous peine de poursuite.

A ce moment je prends la décision de le quitter. Je sais que la partie sera difficile, qu’elle sera même risquée. Ma belle-famille est toute puissante dans la région. Je vais devoir jouer serré.


fausse plainte au commissariat

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 1971 - 1972
commenter cet article

commentaires

anic 26/05/2009 18:20

Camomille,voilà une décision que j'attendais.il est insuportable de lire qu'un père maltraite son enfant,sans pouvoir réagir. comment et pourquoi aimer un tel homme?aujourd'hui les victimes, quand elles décident de partir, sont aidées par des associations. je sais que pour vous cela  était plus difficile,il était dans les moeurs qu'un homme abuse de sa force et de son autorité sur sa femme et ses enfants...heureusement les jeunes femmes ne tolèrent plus ces situations,et j'espère qu'un jour tous les pays du monde refuseront de couvrir les violences faites aux femmes et aux enfants.

Camomille 27/05/2009 13:48


Je ne suis pas certaine que malgré les associations il soit beaucoup plus facile de quitter un époux ou un père maltraitant. S'il est vrai que l'on a besoin d'aide pour prendre cette décision la
première étant de savoir où on va se loger, il existe une tonne de difficultés, les premières étant de trouver un moyen d'existence et de placer les enfants (nounou, école, garderie...).
Il faut être passé par là pour comprendre quel déchirement est l'abandon de son domicile, de ses meubles, souvent de ses vêtements pour partir sans RIEN ! Il faut tourner le dos aux voisins, à une
partie des amis, de famille... Il faut souvent s'éloigner pour échapper au maltraitant, quitter sa ville ou son village, son travail.
Cela ne semble pas très important quand ce ne sont que des mots mais quand il faut le faire c'est déchirant. D'autant plus difficile que l'on est dans un état fragilisé par l'échec.
Imaginez-vous partir en pensant "Je n'ai pas été capable de garder mon foyer, et je m'enfuis comme une voleuse en abandonnant le peu que j'avais".
Tout cela sans compter que les gens maltraités gardent généralement le silence par honte et par un sentiment (injustifié) de culpabilité. Il faut être fort pour s'en sortir et cela n'est pas donné
à tout le monde. Plus la victime est faible, moins elle a de chance d'échapper au maltraitant.
En France :
1 femme sur 10 dit être ou avoir été victime de violence conjugales
1 femme meurt des suites de violences conjugales tous les 2 jours 1/2...
Ces chiffres datent de 2007 !

Il y a encore beaucoup de travail à faire pour que les violences cessent.
 



KIshiyo 03/03/2006 18:52

Merci a toi de mavoir aider a++ bonne continuation pour ton blog^^
 

Camomille 03/03/2006 23:02

C'est gentil de venir me remercier, je n'en attendais pas autant...

Syven 02/03/2006 09:50

Quel crétin ! Je pense que tu lui as plus que donné sa chance et que tu as eu bien raison de décider de partir !

Camomille 02/03/2006 19:36

Il n'y avait rien à attendre de toute façon...

Carpette 27/02/2006 13:41

quel bonn décision!!!!bravo...

Camomille 28/02/2006 00:16

Y avait-il autre chose à faire ? mais le penser est une chose, le faire une toute autre chose.

mireille 27/02/2006 10:10

Hum ... j'ai lu attentivement cet article.

Il est c.. ce mec ou quoi ? Il se rend ridicule lui-même car son argument ne tient pas debout ...

A quoi joue-t-il à part essayer de te déstabiliser ? Il ne suit pas une petite thérapie ce monsieur ?

Surtout, ne te laisse pas atteindre moralement par ses manipulations.

Pense à toi : protège-toi et porte plainte également s'il passe aux actes.

As-tu un appareil photo numérique ? Cela intéresserait certainement la police de le voir quand il est dans cet état.

Que dire à part courage ? Mais, défends-toi : TU EN VAUX LA PEINE ... n'oublie jamais cela.

Amicalement,

Mireille

Camomille 28/02/2006 00:09

Non Mireille en 1972, je n'avais pas d'appareil numérique lol... Il faut savoir qu'en face de lui on ne fait pas n'importe quoi. Il est dangereux, très dangereux.

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories