Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2006 5 17 /03 /mars /2006 11:27
 


 


Je suis toujours volontaire pour faire " du guichet ". C’est là que je suis bien, j’aime le contact avec le public, les échanges, les sympathies qui se nouent… Le centre de Sécu est situé dans un quartier où résident beaucoup d’étrangers.
Je suis patiente et compréhensive avec des gens qui sont perdus parmi les formalités, les papiers à remplir dans une langue qu’ils ne connaissent pas. Mon chef de Centre voit rapidement que c’est là que je suis la meilleure. Je suis affectée au guichet " renseignements ".
J’explique, je remplis les formulaires, je demande l’aide des personnes assises dans la salle pour traduire… je créé une petite organisation qui fonctionne bien. Quand je suis à ce poste il n’y a jamais de scandale alors qu’il est habituel de faire appel à Police-secours pour calmer les mécontents. Quand mes collègues ont des difficultés avec un assuré, elles me l’envoient.
Comme j’occupe avec enthousiasme un poste que tout le monde déteste, je suis très appréciée par mes collègues.
Malheureusement, je ne peux rester au guichet en permanence. Il faut faire une rotation, c’est indispensable pour ne pas craquer. Quand je suis dans les bureaux, les problèmes prennent le dessus, je déprime, je pleure, je n’arrive pas à faire le rendement journalier.


Je suis convoquée par ma chef qui me donne un avertissement.
Elle connaît mes problèmes mais je dois les laisser à la porte… Elle dit de faire mon travail correctement car si je suis licenciée la situation s’aggravera encore et je perdrai la garde de mon enfant.
En sortant de son bureau je ne retiens qu’une chose : elle a dit de laisser mes problèmes à la porte ! comme si c’était aussi simple ! Facile à dire quand on n’a pas d’enfant ! Elle m’a raconté que toute sa famille avait été exterminée lors du génocide Arménien et qu’il avait bien fallu qu’elle continue à vivre…mais ce n’est pas pareil, et puis chacun à sa propre faculté d’acceptation… C’est une garce ! je la hais, je la hais, je la hais !



menaces et conseils

 

Avec le recul, je la remercie : elle m’a donné l’un des meilleurs conseils que je pouvais recevoir car ses paroles venaient s’imposer à mon esprit chaque fois que les idées noires resurgissaient.
Grâce à ce recul forcé durant les heures de travail, j’ai eu une vue plus objective de la situation. Ces mots qui m’ont semblés si cruels, m’ont sauvée d’une dépression certaine.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 1973 - 1977
commenter cet article

commentaires

Samira 05/04/2012 02:03


Bonsoir,


J'ai adoré votre histoire, elle m a tenue en haleine des heures alors que je dois me coucher pour me lever tôt.


Je ne sais mm pas comment je suis tombée sur ce blog, mais des les premieres lignes je n'ai pu m'en detacher, je reviendrai le finir demain.


Merci pour cette belle histoire

eva 21/03/2006 13:09

oui, cette femme as certainement su te donner un bon conseil, meme si très éprouavant à assumer sur le moment...cela demande du courage et de la discipline, de laisser sa vie privée à la porte, mais ça soulage aussi, avec le temps...de savoir qu'il y a un lieu où certaines pensées n'ont pas le droit d'etre ;) !

Camomille 22/03/2006 00:01

Oui, tellement plus facile à dire qu'à faire...

cocole 18/03/2006 16:04

je découvre ton blog, et j'y reviendrai, je sens qu'il est interressant de s'y plonger

Camomille 18/03/2006 23:57

Merci, pour ce commentaire, tu es la bienvenue chez moi.

mel 17/03/2006 19:36

Bonsoir camomille...tu as raison, c'est un bon conseil que tu as reçu...pour moi aussi, vivre l'instant présent en essayant de laisser derrière moi, sur le seuil de la porte, les drames personnels et famillial qd j'arrive au boulot et vice versa...me sauve aussi d'un trop plein...inévitable parfois...ce n'est jamais acquis...c'est un exercice quotidien...bonne soirée. Je t'embrasse fort !

Camomille 18/03/2006 06:43

J'admire ton raisonnement car il m'a fallu beaucoup de temps pour comprendre que ce conseil était bon. En fait le temps nécessaire pour en être sortie. Une chose est certaine il faut s'élever au dessus du problème pour le mesurer et trouver les solutions. Quand on reste noyé dedans, on ne voit RIEN.Bises, Mel et courage, il existe bien souvent un moyen de s'en sortir, encore faut-il le trouver...

flo-h 17/03/2006 11:55

hou j'arrive aprés trois pages! toujours aussi intéressante ton écriture, et oui  la malchance existe! (la chance aussi d'ailleurs)
une bonne pensée pour toi et les tiens ^_^

Camomille 18/03/2006 06:30

Merci pour tes mots gentils. bises

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories