Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2006 6 25 /03 /mars /2006 00:00
 


Partir, oui, mais comment faire?
Je ne peux tout de même pas partir en train, un bagage dans une main, la main de mon fils dans l’autre. Je ne peux pas arriver en Suisse, sans connaître personne, trouver un travail, faire garder et scolariser mon enfant tout en vivant à l’hôtel….
Si je garde mon identité, je vais être retrouvée très rapidement. D’après ce que je lis, les femmes en fuite ont soit de l’argent (ce que je n’ai pas) soit de la famille ou des relations dans le pays d’accueil.

Nous sommes en 1977, les associations ne sont pas nombreuses. Il n’y a pas Internet. Je ne peux pas non plus en parler partout, je dois garder mon projet secret.
Je ne vois pas qui approcher pour avoir de l’aide ou même un conseil. Seule avec un enfant, je n’ai pas beaucoup de liberté de mouvement. Le soir je rentre directement pour récupérer Miguel à la garderie et après je suis coincée dans l’appartement.

Les rares personnes avec qui j’évoque mes problèmes disent qu’elles voient clair en moi. Mon histoire est très banale. En réalité, j'invente tout cela car je suis jalouse que mon ex refasse sa vie et je veux le punir en lui enlevant son enfant. 
Ces personnes me conseillent plutôt de me  me réjouir de savoir que Miguel va être élevé par des " spécialistes " de l’éducation.
Il est inutile de vouloir convaincre des gens dont les idées sont définitivement arrêtées.

Il faut bien que je me rendre à l’évidence, mon projet est impossible à réaliser dans l’immédiat.

Je me pose plusieurs fois la question : n’est il pas préférable pour Miguel que je le tue afin qu’il ne connaisse pas l’horreur qui l’attend.
Non, je n’y arriverai pas, je n’aurai jamais assez de courage, à moins que nous nous jetions tous les deux d’un pont… Mais il faut arriver jusqu’au pont, avoir la force d’amener un enfant qui a toute confiance en moi et l’entraîner dans ma chute… c’est impossible ! Je n’ai pas le droit de décider de son destin, les choses peuvent changer, il a peut être une chance de s’en sortir.

Sans l’abandonner je suis bien obligée de repousser mon projet à des temps plus favorables. Le profond sentiment d’impuissance me plonge dans la dépression.




comment fuire 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 1973 - 1977
commenter cet article

commentaires

lina 31/03/2006 19:10

OH!!!! mon Dieu. Je comprends tout ce que vous avez dit.. C`est très dificil!!!!

Camomille 31/03/2006 23:09

Oui, c'est difficile.

Angelyz 25/03/2006 21:39

ce qui me fout en boule, c'est que tu ne dois pas être la seule à avoir vécu cet enfer.. il faut que ce type et sa "nana" soient suivis psychologiquement.. c'est le cas jourd'hui ?
bizou ma grandep.s. : tu as eu mon dernier mail ?

Camomille 25/03/2006 23:17

Je ne sais pas s'ils sont suivis, ça ne m'intéresse pas vraiment en plus.
J'ai eu ton mail, je vais te répondre, je pense à ce que tu dis... Bises.

Danet 25/03/2006 17:05

Trop dur ce que tu as subi, je n'ose pas imaginer. Je te fais des gros bisous Danet.

Camomille 25/03/2006 23:15

C'est curieux, j'ai parfois l'impression d'avoir vécu plus de 100 ans déjà... Je trouve que la vie est vraiment très longue.

mirzhin 25/03/2006 13:21

mon dieu!!!! c'est tout bonnement horrible ce que tu as traversé! plus je lis et plus je suis épouvantée! Les moeurs de ces personnes sont abominables!
je te respecte vraiment et je t'admire pour avoir réussit à tenir le coup!
mille bisouilles

Camomille 25/03/2006 23:13

Je n'avais pas d'autre choix que celui d'avancer. Mais c'est vrai que ma vision du monde est assez réservée quant à sa bonté.

cocole 25/03/2006 13:02

moi, c'est le père que l'idée de tuer m'aurait titillémais il faut toujours penser à l'avenir de ceux qu'on aime!!!vraiment parfois la vie est cruelle!!

Camomille 25/03/2006 23:11

Bien entendu que cela me titillait mais il aurait fallu réussir le crime parfait sous peine de me retrouver en prison donc abandonner le petit à je ne sais quelles mains.

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories