Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 17:13
 


 


La route reliant la petite ville à la Capitale n’est pas terminée. Les ¾ du chemin ne sont encore qu’une piste. Nous mettons cinq heures et demie pour parcourir les 250 kilomètres et c’est encore une chance que nous soyons " en saison sèche " car nous aurions pu mettre 12 heures !
Le paysage est grandiose. Le mot est approprié car tout est grand…

Boris commente le parcours. Les ethnies, les cultures qui sont sa spécialité, les constructions… Quand il parle des habitations il dit " les cases ", pour moi une case est une habitation fragile avec de la paille en guise de toit alors que je vois des maisons en dur avec des toits en tôle… ce qui m’inquiète vraiment c’est qu’il parle de " notre case "…
Quand nous arrivons, il dit : voilà, c’est notre case… à gauche une jolie maison, à droite une " case " comme nous venons d’en voir des centaines… Des gens sortent de partout et viennent me souhaiter la bienvenue, enfin nous nous dirigeons vers… la maison, je suis rassurée.

Je dois m’adapter à une vie nouvelle dont j’ignore les règles. Tout le monde est tellement gentil que j’ai peur de décevoir. Je suis timide et ne comprends pas ce qui me paraît être un sans gêne général. Les gens se comportent comme si nous étions tous de la même famille.



Miguel régresse. Se sentant en sécurité, il " fait le bébé ". Il parle comme un bébé, suce son pouce alors qu’il ne l’a jamais fait, fait pipi au lit et joue comme un petit… Je pense que c’est un caprice et ne m’inquiète pas.
Je crois qu’il s’ennuie. Il faut le scolariser. Les européens ont organisé des classes. Les enfants sont inscrits à des cours par correspondance et des bénévoles les font travailler. Mon problème est qu’il faut fournir une fiche d’état civil et le dossier scolaire pour que l’enfant soit accepté. Je ne peux pas faire ça !
On est en avril, pour cette année de toute façon il est trop tard. J’inscrit Miguel à l’école locale, mais comme il a appris à lire par la méthode globale, il est incapable de lire un texte. Les enfants se moquent du petit blanc… Je le retire de l’école et lui fait donner des cours particuliers pour qu’il soit au bon niveau pour la rentrée de septembre.



Avant mon arrivée Boris menait une vie de célibataire. Il avait beaucoup "d’amies". L’une d’elles a une fille âgée d’un an de plus que Miguel. Cette enfant asthmatique est très chétive, sa mère demande si elle peut venir en vacances chez nous. J’accepte volontiers d’autant plus que tous les européens partent en vacances et que Miguel sera très seul.
La petite Rosalie est très mignonne et les deux enfants s’entendent bien.

 
J’ai des nouvelles de France.
James est venu chercher le petit, a trouvé porte close mais grâce aux rideaux que j’ai laissés, il ne s’est pas inquiété. Il a attendu puis il est allé chez ma mère et chez ma sœur pour voir si nous y étions.
Pensant que nous étions partis en week-end il est revenu dimanche soir et a encore attendu puis il est allé porter plainte pour non présentation d’enfant.
Lundi matin, les gendarmes sont venus. Le régisseur a dit que j’avais donné mon congé et que j’étais partie habiter en Normandie (ça c’est mon cadeau d’adieu à mon normand. Il prenait plaisir à faire pleurer mon fils notamment en donnant des chocolats à son petit fils sans lui en donner et il me remettait dans le train pour se débarrasser de moi quand ses enfants lui rendaient visite).
James a porté plainte pour enlèvement d’enfant, la gendarmerie enquête auprès de ma famille, de mon lieu de travail, de mes voisins…
Ma sœur m’interdit de répondre car le courrier est surveillé.




une hutte / decouverte de l'afrique

 






Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 1977 - 1991
commenter cet article

commentaires

cocole 08/05/2006 14:11

bonjour!je reprends le cours là ou je l'avais arrêté!et je lis avec toujours autant d'intérêt!!

Camomille 08/05/2006 17:20

Merci Cocole, cela me fait vraiment plaisir ...

eva 07/04/2006 12:35

ouf, il n'y a rien de pire que des acharnés orgueilleux - rien ne les fait arreter...quelle tristesse...mais au meme temps, je me dis qu'il ne partirait quand meme pas vous chercher jusqu'en Afrique...mince, je l'espère!!doux baisers!

Camomille 07/04/2006 23:24

Lui je ne sais pas mais la police, oui...Bises éva...

mel 05/04/2006 21:00

Coucou ma camomille...pas facile de faire un nouveau départ quand on ne sent en securité nulle part..chacun le vit à sa manière..l'important c'est de croire que c'est la fin du cauchemar...gros bisous !!

Camomille 05/04/2006 23:53

Bonsoir ma Mel, la fin du cauchemar ne pouvait se situer que lorsque mon fils serait assez grand pour se défendre et ne plus subir. Mais c'est vrai que les 6000 km étaient bien rassurants... ne plus vivre dans l'attente de la prochaine visite ou des prochaines vacances qui rapportaient leur lot d'horreur.Je vais donc vous emmener faire un petit tour en Afrique...

eva 05/04/2006 08:39

Bonjour Camomille!oh, la situation se complique...J., les gendarmes chez ta famille...de quoi de pas fermer l'oeil la nuit!oui, je m'imagine bien que tout devait etre controlé..au meme temps, heureusement qu'à l'époque on était pas aussi médiatisé qu'aujourd'hui - avec un appareil photo sur chaque portable...bon, là je fait de l'humour bebete... ;)vraiment une nouvelle phase qui commence, surtout pour M., enfin libéré de J. !!à bientot!

Camomille 05/04/2006 23:48

Nous nous attendions bien à ce que la police nous recherche mais nous ne pensions pas que J. y mettrait autan d'acharnement. Nous pensions qu'il se calmerait assez rapidement puisqu'il est certain qu'il n'a jamais eu le moindre sentiment pour son fils.Il s'est trouvé humilié, je lui retirais une source de revenus (il avait de l'argent à chaque fois qu'il le laissait à ses parents) et maintenant il retirait le jouet sexuel de sa dulcinée... son avenir était en péril, cela explique la rage avec laquelle il a persécuté ma famille.

Caroline 04/04/2006 19:03

Quelle aventure et quel courage, je ne trouve pas les mots...On se sent soulagé de vous savoir loin de J., j'espère que tout va bien se passer.Biz

Camomille 04/04/2006 23:25

Lorsque l'on est recherché, on n'est jamais tranquille. Il faut être en alerte en permanence. Il faut contrôler ses gestes, ses paroles, ne jamais se laisser prendre en photo, il faut toujours penser aux conséquences du geste le plus banal...

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories