Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 16:43
 

 
Les relations avec sœur n°3  se sont fortement dégradées. Avant mon départ, elle ne se confiait pas facilement, elle ne se confie plus du tout.
J’apprends son mariage en recevant une photo prise devant la mairie. Elle dit que si elle ne m’en a pas parlé avant c’est parce que je ne pouvais pas venir… Cela me fait l’effet d’une trahison.
J’ai appris plus tard qu’elle avait subit une IVG sous la pression des enfants de son mari. Là non plus elle n’a pas jugé utile de m’en parler, j’aurai peut-être pu lui apporter un peu de réconfort.

Mes lettres sont pleines d’anecdotes et comme je m’adresse à ma sœur, je lui confie des choses très intimes… Ses réponses sont toujours négatives. 
Concernant mes amis, je ne dois plus les fréquenter, ils n’en valent pas la peine. Concernant l’échec scolaire de mon fils,  je dois le punir sévèrement, mon laxisme fera son malheur. 
Concernant les difficultés de communications avec Rosalie la solution est de m’en débarrasser au plus vite. 
Concernant Boris,  c’est pareil, je dois le quitter…
Et pendant des mois, les lettres se ressemblent, sans jamais un mot gentil ou de réconfort me laissant complètement désespérée.

Il y a une tentative de coup d’Etat et je prends de gros risques pour lui faire passer un message rassurant. Je l’imagine très inquiète. Quelques jours plus tard, je reçois un mot furieux disant que je prends plaisir à lui causer des ennuis ainsi qu’à son mari et que je suis la personne la plus égoïste qu’elle connaisse.
Je l’excuse, pensant qu’elle ne connaît pas l’importance des événements qui se sont déroulés. Je fais un courrier racontant que pendant trois jours nous sommes restés cachés chez nous sans même oser allumer car l’Armée sillonnait les rues et tirait sur les passants. Nous subissons des contrôles de police, de la gendarmerie et de l’Armée tous les 300 mètres. Ces contrôles sont terrifiants, les soldats nous menacent de leurs fusils mitrailleurs, et parfois les hommes sont ivres et susceptibles à tout instant d’ouvrir le feu. J’ai été dépouillée à plusieurs reprises du contenu de mon sac, bien contente de pouvoir m’en sortir vivante.
La réponse de ma sœur est : " je sais tout cela, je l’ai vu à la télévision. Mais puisque vous êtes toujours vivants, c’est que ce n’était pas si grave que ça… "

Elle m’informe un jour que ma mère ne peut plus vivre seule et qu’il faut que chacune de nous l’héberge à tour de rôle. C’était au moment où tout allait bien pour moi et je propose de prendre ma mère pendant un an puisque je dispose de la place et du personnel pour la recevoir. Elle me répond que jamais elle ne me laissera notre mère, nous ne entendons pas, j’ai toujours été méchante avec elle et je la ferais souffrir. Ce courrier me fait très mal. Je m’incline devant cette décision.

Au moment de la grande déception du jus de fruit je lui fait une longue lettre où j’étale ma détresse, tout le chagrin accumulé depuis mon exil.
Elle m’adresse une lettre incroyablement violente me " priant " d’avoir la politesse de commencer mes lettres par cher H et chère N. et non seulement par chère N. comme j’ai l’habitude de le faire. J’apprend ainsi que mon courrier est lu par mon beau frère… il a joint une lettre dans laquelle il m’ordonne de suivre ses instructions A LA LETTRE faute de quoi il ne faudra plus JAMAIS rien lui demander…
-  Je dois immédiatement quitter Boris,
-  Je dois mettre Rosalie dehors le jour même,
-  Je dois rentrer immédiatement, il attend mon accord pour nous envoyer les billets,
-  J’irai en prison et je ferai comme les autres, je survivrai…

Curieusement dans sa lettre il n’est pas question du sort de Miguel après notre retour…
Je refuse la proposition en m’adressant bien à Cher H et Chère N. et j’accepte que Cher H. ne s’occupe plus jamais de moi.

Les échanges de courrier suivants deviennent d’une banalité consternante, souvent les lettres restent plusieurs jours sur la table avant que je ne les ouvre.

Aujourd’hui je me demande s’ils ne désiraient pas tout simplement que tout cela finisse, quelque soit le prix que Miguel et moi aurions à payer, pourvu qu’ils aient la paix. 




incompréhension,egoisme,coup d'etat,indifference,soeur

Page suivante - page précédente





 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 1977 - 1991
commenter cet article

commentaires

cocole 13/05/2006 18:38

difficile de juger quand on ne vit pas la situation.mais combien ces lettres ont du te torturer!moi, je crois que j'aurais cessé d'écrire, mais bon, on ne paut savoir sans le vivre!

Camomille 14/05/2006 00:56

Je n'avais plus qu'elle qui me rattachait à la France, difficile de couper le dernier lien...

mel 29/04/2006 06:16

coucou ma camomille, après une courte absence, due à la folie d'ob et celle de la vie..je passe te faire un petit coucou matinal...
ce texte sur ta soeur me touche bcp..il est tellement vrai que l'égocentrisme rend aveugle aux peines et aux besoins des autres..mais quand ca touche les personnes sur qui on doit pouvoir compter..c'est une douleur encore plus grande..je pense que les vrais soeurs..ne sont pas celles que l'on croit..et les liens de sang ne sont pas tjr les plus forts...gros bisous et a bientôt !

Camomille 29/04/2006 08:21

Comme tu as raison, j'ai rencontré des gens tellement formidables... mais peutêtre que nous trouvons les étrangers plus formidables que notre famille car on n'attend rien d'eux alors que l'on compte sur la famille et on est souvent déçu
Amitiés ma Mel

eva 28/04/2006 22:22

coucou Camomille!j'avais lu cet article à sa parution - mais j'avais été remplie de tristesse en lisant l'entement d'indifférence de ta soeur...et je ne vouais pas me répèter avec mes memes discours...finalement je me rends compte que je n'ai rien d'autre à dire que c'est dommage pour ta soeur - de manquer tant de moments d'intimités de la vie, de confiance et d'amour...pour se renfermer dans son égoisme et son indifférence...elle ne doit pas etre heureuse...ciao ciao,à plus :)

Camomille 29/04/2006 00:42

C'est vrai qu'elle n'est pas heureuse. Au fond d'elle je sais qu'elle a un grand coeur mais la souffrance la rend dure... Elle m'a fait du mal mais elle m'a fait aussi beaucoup de bien. J'en parle parceque cela fait très mal et je ne comprends pas comment elle peut me faire cela...

Zhugeliang 28/04/2006 02:46

Pour moi l'url marche très bien !, je l'ai posté aussi sur mon blog la meme image en taille réduite un peu... mais le lien me semble correct

Camomille 28/04/2006 08:16

Quand on clique sur ton "site web" ça ne fonctionne pas. Je suis allée voir la bannière sur ton site mais ce n'est pas vraiment mon style. Je te remercie beaucoup quand même.

coriandre spline 27/04/2006 23:51

Bonjour par ici!
J'admire cette maniere d'ecrire a propos de sa vie. Cette justesse et cette capacité à se dévoiler.
Coriandre
je repasserai

Camomille 28/04/2006 06:14

Bienvenue Coriandre, j'aime beaucoup ton blog aussi
Bises

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories