Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 13:18



Depuis un an, nous passons à 40 kilomètres de chez sœur numéro quatre presque une fois par mois, elle le sait mais ne m 'a jamais proposé de nous arrêter...

En juin, elle s'est faite opérer d'un genoux. Comme elle est seule, je lui ai téléphoné régulièrement pendant son hospitalisation et sa rééducation.

Elle a semblé très heureuse de cette attention et c'est elle qui cette fois, parle d'une rencontre prochaine en août. J'accepte  volontiers gardant quand même en mémoire de rendez-vous manqué des vacances 2007. J'avais alors proposé que nous nous arrêtions sur le chemin de nos vacances pour lui dire bonjour - juste une heure, à cause du chat et du chien qui étaient du voyage - mais elle avait refusé car justement ce jour là, elle recevait la marraine de son mari décédé. Elle avait dit de la rappeler pour que nous prenions rendez-vous, mais, vexée, je n'en avais rien fait. De son côté elle n'avait pas pris l'initiative de m'appeler pour nous inviter.

Je note que cette fois encore, elle ne prend pas date. C'est une invitation en l'air.

Début juillet je lui souhaite son anniversaire et de nouveau elle me lance son invitation sans date mais en précisant que nous irons manger au restaurant car elle sera trop fatiguée pour préparer un repas.

Fin juillet, je l'informe que nous passerons à proximité de chez elle le 1er août, que si elle a besoin que nous lui fassions des courses ou que nous l'emmenions quelque part, nous ferons un détour...

Elle s'affole : Non, non, non, ce n'est pas la peine, elle aura de la visite ce jour là et plein de rendrez-vous médicaux... inutile de passer, elle ne sera pas là ! Bing ! Je viens encore de me prendre un râteau ! Elle sent que je suis vexée et dit de l'appeler quand nous serons en vacances car elle tient à nous recevoir.

Le cœur n'y est plus mais vers la fin de notre séjour, je l'appelle. Nouveau recul apeuré, elle ne peut pas nous rencontrer car un de ses fils est là avec ses amis et précise t-elle, il ne veut pas être présent quand je viendrais... elle prend mon numéro de Bretagne, elle appellera dès que son fils sera parti.

Ainsi, mon neveu qui ne me connaît pas, ne veut surtout pas me connaître. Pourquoi ? Je suppose que c'est la conséquence de tout ce qu'il a dû entendre dire sur moi. Je ne suis pas la honte de la famille pour rien...

Les jours passent. Elle n'appelle pas. Enfin, à trois jours de notre départ, elle appelle, dit que le numéro que je lui avais donné était faux et qu'elle a beaucoup cherché avant de l'obtenir ... des renseignements téléphoniques !

Elle demande quand nous pouvons venir mais cette fois c'est moi qui me dérobe. C'est trop tard, nous sommes sur le départ. C'est probablement ce qu'elle espérait car elle semble soulagée. Elle dit que c'est de sa faute, que pour la peine, c'est elle qui viendra chez nous à Noël ; J'accepte.

Elle dit aussi, en pleurant, que l'idée de me revoir après plus de trente ans la bouleverse, que ce sera très dur pour elle... qu'elle redoute ce moment.









Elle téléphone en octobre. Quand j'évoque sa visite de Noël, elle dit que cela tient toujours mais qu'elle attend des nouvelles de ses amis de Bordeaux, s'ils l'invitent, c'est chez eux qu'elle ira... Encore  un râteau ! Heureuse d'apprendre que je peux  éventuellement servir de bouche-trou !

Quelques jours avant mon anniversaire, début novembre, sœur numéro trois m'appelle, elle est contrariée car elle a été contactée par la femme de son filleul (qui est aussi notre neveu) pour participer à une méga fête de famille organisée à l'occasion des 50 ans du dit neveu.

Elle est toute émue car cela fait une éternité qu'ils ne se sont pas vus. Dans la conversation elle laisse échapper que numéro quatre est invitée aussi. Elle répète plusieurs fois que TOUTE la famille sera là. Mon cœur bat très fort, ce pourrait-il que je sois invitée ? Je parle de cette invitation comme si cela ne me touchait pas, espérant qu'il soit fait allusion à ma présence, mais non ! Il semble que l'idée même que je fasse partie de la famille ne l'effleure même pas.

Pendant quelques jours je ne peux m'empêcher de croire que je vais recevoir une invitation. Il n'en est rien.

Le jour de mon anniversaire, sœur numéro quatre appelle, elle se dit très pressée car elle a rendez-vous à l'hôpital. Est-ce pour ne parler ni de la réunion de famille ni de sa venue à Noël ? Car elle aurait aussi bien pu me souhaiter un bon anniversaire APRES son rendez-vous, nous aurions pu ainsi bavarder tranquillement, non ?

Lassée par tous ces louvoiements et ces mensonges, j'attends d'être rentrée à Paris pour lui souhaiter la bonne année évitant ainsi une éventuelle rencontre en Bretagne. Elle dit qu'elle s'est inquiétée de ne pas avoir de mes nouvelles ( ?) qu'elle a essayé de me joindre sur tous les numéros qu 'elle connaissait, sans succès. C'est vrai, j'ai bien trouvé traces de ses appels sur les différents répondeurs.

Quand je demande si elle a passé de joyeuses fêtes  j'apprends non sans un certain plaisir, qu'elle était seule à Noël. Je comprends un peu mieux son soudain intérêt pour moi.

Désolée, sœur numéro quatre, mais je n'ai plus envie de te rencontrer. Cela se fera peut-être ou peut-être pas. De mon côté, je ne ferai plus rien pour cela.

Ma famille (sauf sœur numéro trois) m'a bannie, cela fait trente ans que je n'existe plus.

 


 

 

 

 

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 2008
commenter cet article

commentaires

angelyz 11/11/2009 12:08


avoir "peur" de retrouver qq perdu depuis aussi longtemps, oui, ça peut se comprendre
mais trouver des prétextes à la mord-moi-le-noeud pour ne pas le faire alors que d'un autre côté, elle lance l'invit, c'est du n'importe quoi !
encore une qui s'affirme !
bizou ma belle


Camomille 03/12/2009 15:19


La pauvre, elle se dit "faible, timide", bref elle se complet dans ce qu'elle est. Je suis déjà passée à autre chose, je n'ai pas de temps à perdre avec elle. J'ai essayé, elle n'a pas voulu, je
continue mon chemin.

Bises à toi et à ta famille

Camomille


nancy 09/03/2009 14:22

Je ne sais pas si votre métier est ds le comique mais vous pouvez vous vanter de m'avoir fait mourrir de rire ... seule devant mon ordi avec vos 15 conseils pour ... donner un medicament à un chat  !!!Merci Nancy

Camomille 10/03/2009 23:13


Non je ne suis poas une comique  et je n'ai rien inventé, cette histoire circule sur le Net, je n'ai fait que la
remettre en bon français ... Moi aussi j'ai beaucoup ri avec cette histoire ! 



Armide 17/02/2009 00:18

Une réaction un peu pitoyable... La solitude permet parfois un travail sur soi.Ma soeur a également tenté un retour, après toutes ces années.Je lui ai donné carte blanche avec au fond de moi, une certaine réserve.Ce beau chat roux est-il à vous ?J'ai effectivement commencé mon blog. Une façon de se changer les idées et de rêver.Bonne année à vous.

Camomille 18/02/2009 16:13


Je sais que ce n'est pas facile mais pourquoi me fermer la porte. Je n'ai rien fait...
Oui, ce beau chat est à nous, depuis 2 ans nous l'avons recueilli mourant en bas de notre immeuble. Il est devenu "séro-positif" et a perdu un oeil en quelques semaines - il a été abandonné ou
perdu... son tatouage était illisible. Il nous donne des tonnes d'amour !
Bonne rêveries alors, mon blog ne me fait pas rêver, il me fait réfléchir et me soulage.

Amitiés


Madame X 16/02/2009 12:38

ça serait bien si tu publiais en premier le début de l'histoire et on avancerait au fur et à mesure...hier soir j'ai passé un quart d'heure pour arriver au premier chapitre...et là je vais devoir recommencer pour reprendre la lecture...bisous.

Camomille 16/02/2009 23:15


Oui, c'est une bonne idée...  mais je ne crois pas que ce soit possible. Il y a des repères. 1) il y a un lien en haut du blog qu'il suffit de cliquer pour avoir le début "le début de mon
histoire" 2) après, il faut repérer l'année de la catégorie quand tu quittes ... tu as un encadré à gauche avec les années répertoriées. 
Désolée...

Camo


mel 16/02/2009 11:31

salut camomille, J'espere que tu vas bien...je ne passe pas souvent mais je suis la..je t'embrasse.

Camomille 16/02/2009 23:24


Coucou, Mel, je t'embrasse aussi.

Camo



Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories