Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 08:08
 
 
 
 


Les enfants ont refusé de ma laisser venir seule au Palais de Justice. Ils vont devoir attendre jusqu’à 13 heures 30.
Je les embrasse et franchis le porche avec mon avocate. Je me retourne, ils pleurent, appuyés l’un contre l’autre. Je tremble de tout mon corps.
L’avocate murmure : il faut tenir bon… mais elle a les yeux pleins de larmes.
Le bureau où je dois me constituer prisonnière n’est pas encore ouvert. Nous allons attendre dans une cafétéria qui se trouve dans l’enceinte du Palais.
Mon avocate a passé la nuit à préparer mon dossier. A la dernière consultation elle a relevé deux éléments nouveaux : la lettre que j’avais faite avant de partir pour expliquer les raisons de mon geste, a enfin été produite et quand le juge d’instruction a demandé à mon ex de retirer sa dernière plainte, il a refusé disant qu’il ne souhaite pas revoir son fils, qu’il veut seulement lui montrer que l’on doit respecter la justice.
Nous pénétrons dans un petit bureau, je ne comprends rien à ce qui se dit entre mon avocate et son interlocuteur (un juge je crois) qui finit par s’adresser à moi. Je confirme mon identité, il me lit les motifs de mon arrestation, cite des dates, des articles de loi… mon avocate me donne les réponses, je ne fais que répéter.
Deux policiers entrent, me passent les menottes, mon avocate me serre la main très fort.
Je suis emmenée au travers d’un dédale interminable de couloirs et d’escaliers souterrains. Les menottes font mal dans les escaliers, il faut avancer l’un derrière l’autre et la barre rigide qui permet au policier de me tenir est très courte.
Après avoir passé plusieurs sas, nous arrivons dans une grande salle très éclairée. A gauche, des cellules vitrées fermées par des grilles et des femmes à l’intérieur. A droite des petits bureaux vitrés eux aussi.
Les policiers me remettent à une femme à l’air revêche. Ils échangent des papiers, des signatures et des coups de tampons. La femme me fait déposer dans une corbeille tous les objets que je possède, alliance comprise. Elle en fait un inventaire que je signe. Elle a mit à part mes cigarettes et mon Valium (nous sommes inséparables depuis l’âge de 14 ans), ce n’est pas le moment que je fasse une crise de tétanie.
Elle prend mes empreintes.
Une autre femme à l’air aussi aimable que la première, vient me chercher. Je remarque qu’elle porte une arme. Elle me fait déshabiller complètement et me palpe méticuleusement.
Elle vérifie si je n’ai rien dans la bouche, les oreilles, met un gant en latex et dit " mains sur le bureau, jambes écartées". Je serre les dents en retenant mes larmes. J’attends… il ne se passe rien… " Debout ! "
Quand elle revient devant moi pour remplir son formulaire, je cherche en vain son regard. J’ai compris : il y a des caméras partout. En me baissant pour remettre mes chaussures, je dis " merci ". En me relevant, ses yeux rencontrent les miens l’espace d’une seconde, elle a apprécié mon mot de gratitude.
Elle me ramène dans le premier bureau, mes affaires sont mises dans un sac étiqueté et emportées…

Je suis vidée, je ne pense plus à rien, mon esprit tourne à vide, j’obéis, c’est tout…




 

 

 

 

 

cellule,fouille intime,prison,prisonniere,arrêtee,menotes,etat d'arrestation

 

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 1991 (le procès)
commenter cet article

commentaires

roccacine 24/11/2012 04:59


Bonjour jetrouve votre histoire tres touchante  et je croix que vous d'evriez en faire un livre  et le vendre . merci  de vous en sortir  commeça

Sad Song 31/05/2006 13:52

Beaucoup ne le voient pas, c'est comme cela qu'ils ne prennent pas la peine de remercier ou de rendre les gentillesses.Prendre le temps de remercier est important, dans toutes les situations, graves ou moins graves... C'est peut être naïf, mais j'aime croire que si on se comporte de façon positive avec les autres, ils feront de même en retour...En tout cas je suis sûre que si on se comporte en connard/sse, on peut toujours courir pour recevoir quelque chose de bon en échange

Camomille 31/05/2006 17:09

Tout à fait d'accord avec toi. Ignorer les gentillesses recues les privent d'un tas de choses et après elles se plaignent que le monde est méchant.
On rencontre des gens ingrats tous les jours... 

krybaby 31/05/2006 10:16

bon courage!!!! tu es trés courageuse!!!!!!!!!!!

Camomille 31/05/2006 13:47

Je n'avais pas vraiment le choix...

angelyz 30/05/2006 21:38

en te lisant, j'ai l'impression de tomber de scharrybe en scylla.. qq bonheurs qui te sont arrivés (du moins ceux dont tu nous as parlé) parmi toutes ces conneries.. et tout ça à cause d'un pauvre abruti pédo qui refuse d'accepter son mal et qui charge une personne de coeur et équilibrée ! c'est dégueulasse ! reusement qu'en plus de tes bonheurs, tu as eu la présence de certaines personnes compréhensives et bienveillantes, comme cette matonne :)bizou ma grande, je pense très fort à toi 

Camomille 31/05/2006 00:07

Je crois que j'ai la chance de toujours voir le petit bout de ciel bleu... Beaucoup ne le voient pas, c'est comme cela qu'ils ne prennent pas la peine de remercier ou de rendre les gentillesses. Ces gens là sont tellement enfoncé dans leurs problèmes qu'ils ne voient pas les petites étoiles de bonheurs. Je les ai toujours vues et elles m'ont permis d'avancer et de garder le moral.
Je suis sûre que beaucoup n'auraient pas remercié la matonne. Pourtant l'humiliation  qu'elle ne m'a pas fait subir a été un grand poids en moins.  

eva 30/05/2006 19:56

quelle horreur...des moments durs et inoubliables...comme dans un film, oui, mais un film cauchemardesque!je m'imagine que c'est un peu comme entrer dans un tunnel qui semble etre sans retour - on l'affronte sans forces et  avec un profond étonnement, en se disant "c'est bien moi là ?"...quelle tristesse, vivre cela injustement...et je pense que le plus délicat  va encore venir...je t'embrasse tendrement...

Camomille 31/05/2006 00:01

C'est complètement irréel ce déploiement de forces (police, justice) contre une personne innoffensive. J'ai bien commis un délit mais il me semble que ce déploiement est complètement disproportionné.
 

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories