Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 15:47
 
 



 
 


Escortée par deux policiers, je parcours rapidement les couloirs qui n’en finissent plus et les escaliers en colimaçon, je ne sens même pas les menottes qui me blessent les poignets.

Un des policiers pousse une porte et je pénètre directement dans la salle d’audience. La Cour rend un verdict sur l’affaire précédente. Je regarde la salle à la recherche de visages connus.

Mon avocate est à quelques mètres de moi, trop loin pour pouvoir me parler. Elle a le visage défait et très grave. Elle me fait un signe de désespoir. Je crois comprendre qu’elle s’impatientait en raison de mon retard.
J’ignore qu’elle me cherche depuis deux heures : le procès verbal de ma mise en détention a été égaré…

Ma sœur fait sa "tête catastrophe", ça n’a rien d’étonnant, elle a toujours "la tête catastrophe"…

Mon beau-frère ne me regarde pas et semble absorbé dans ses pensées.

Rosalie détourne le regard.

Miguel est rouge comme s’il avait pleuré, il m’envoie un baiser en soufflant dans sa main. Il a dû craquer, le pauvre, voir sa mère dans le box des accusés et en être la cause…

Mon couple de témoins : elle me fait un signe amical en souriant tristement, lui me regarde sans rien exprimer.

Pas très réconfortante leur attitude ! C’est quand même moi l’accusée…ils ne m’aident pas beaucoup !

Je ne vois ni mon "ex", ni personne de sa famille. Impossible qu’il ne soit pas venu. Il a mis un tel acharnement à me poursuivre, qu’il ne peut pas manquer le spectacle dont il rêve depuis treize ans : me voir entre deux gendarmes !
Il va certainement entrer dans la salle dans quelques instants avec son avocate. Il y aura des gens de sa famille, la presse aussi peut-être.

Je n'ai plus peur. Je suis glacée. C'est comme si j'assistais à un spectacle, que cela ne me concernait pas.



palais de justice,prison,menottes,avocate,la Cour
 
 



Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 1991 (le procès)
commenter cet article

commentaires

caroline 01/06/2006 22:20

Tu as raison, Camomille, de numéroter les pages parce que c'est un vrai roman que ta vie... Je pense que ça se finit bien mais j'ignore encore par quelles épreuves tu vas encore de voir passer...
Bises.

Camomille 01/06/2006 22:57

J'ai numéroté à l'attention de mon fils qui depuis quelques temps vient lire mes articles. Comme il n'est pas régulier et qu'il ne connait pas OB il est un peu  perdu...
Bises Caroline, j'espère que tu vas mieux ?
 

eva 01/06/2006 20:41

une atmosphère tellement dense qu'elle est à "couper avec un couteau", comme on dit en italien...et à nouveau je retiens le respire, Camomille...et je me sens un pue comme si je t'avais accompagné pendant un petit bout, assise sur ton épaule :)et meme toi, en écrivant...cela doit etre comme si tu revivais tout cela avec une accompagnatrice douce et compréhensive - c'est-à-dire ton toi d'ailleurs avec ton regard de maintenant, ta conscience et ta confiance de ce qui va se passer par la suite...je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire!bisous :)

Camomille 01/06/2006 22:52

Si Eva je comprends. D'ailleurs c'est comme cela que je vais guérir de ces souvenirs, en les regardant de l'extérieur. Si j'arrive à le faire c'est parce que j'ai des lecteurs car cela me force à expliquer les choses, je dois tout exposer et surtout relativiser. Au lieu de continuer à regarder tout cela comme un tas de noeuds, je trie, je range, j'explique, je me moque de mes peurs inutiles...
L'article précédent qui était un très mauvais souvenir, maintenant que je l'ai mis "à plat" ne me semble plus si terrible que cela puisque en fait rien ne m'est arrivé de terrible, Aujourd'hui je commence à regarder cet épisode comme une expérience parmi les autres...

flo-h 01/06/2006 20:34

toujours trés trés bien écrit!un sens narratif remarquable!
amitié

Camomille 01/06/2006 22:53

Merci pour ces compliments très flatteurs.
Amitiés

Sad Song 01/06/2006 19:52

L'absence de l'"autre" (j'ai zappé l'initiale...) est étrange, ça ne présage rien de bon... a moins qu'il ne soit dehors en train de jouer son rôle d'homme blessé devant la presse?

Camomille 01/06/2006 22:42

Mon avocate avait évoqué la possibilité qu'il ne se présente pas sous un bon prétexte afin que je reste un peu plus longtemps emprisonnée.

cocole 01/06/2006 18:31

ça sent rien de bon, ce préambule!!! dur dur!

Camomille 01/06/2006 22:40

Je n'ai rien vu venir, je pensais que j'étais déjà assez bien servie au niveau problèmes sans qu'un autre vienne s'ajouter.

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories