Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 14:26
 
 

 

La première semaine de Mick se passe bien, c’est comme s’il avait pris quelques jours de congés. Il bricole, regarde la télé, flemmarde un peu…

Il veut s’inscrire à un club maquettiste, faire des achats et tout à coup prend conscience que dans huit mois il ne percevra plus de salaire.
Pour le moment il perçoit ses congés payés qui seront suivis des mois de préavis puis du versement de l’indemnité de licenciement et tout sera fini.
Il fouille en vain les offres d’emploi, cherche une solution miracle. Il se sent seul, inutile. Il ne se rase plus, se laisse sombrer.
Il m’envie d’aller travailler. Le matin il me fait signe par la fenêtre comme un môme. Tout l’agresse, la moindre phrase, un mot, un geste qui rappelle qu’il ne travaille pas.

Il dit que rien ne le pousse à se lever, rien ni personne ne l’attend. Il ne lui arrive rien, il n’a plus rien à dire.

 

Un samedi matin nous croisons un de ses anciens collègues qui demande pourquoi il ne vient pas à la Cellule de reclassement.
J’ignorait qu’il y en avait une. Je pousse Mick à s’y rendre ne serait ce que pour rencontrer ses anciens collègues licenciés.
Il y va, pour me faire plaisir, juste pour voir, vêtu d’un tee-shirt et d’un bermuda lui qui n'était jamais allé travailler sans cravate. Avec la barbe qui couvre son visage on dirait le naufragé d'une île déserte.
Pourtant, le soir il est tout heureux de parler de ses collègues, de leurs projets. Il est surpris des moyens mis à la disposition du personnel pour la recherche d’emploi. L’équipe chargée du reclassement l’a accroché, il a rendez-vous pour un entretien particulier.
L’équipe ne le lâche plus. Evaluation, motivation de groupe, tests, mises en situation, bilan des recherches et actions, les rendez-vous se succèdent et l’obligent à venir chaque jour.

Pris dans l’engrenage, il se rase, a revêtu chemisette et cravate et ressorti l’attaché case. Désormais il part en même temps que moi le matin.

 

Certains anciens collègues se groupent pour constituer de petites sociétés.

Il espère s’intégrer à un de ces groupes mais ça ne marche pas. Un ex collègue propose une association mais pas dans l’immédiat, pas avant un an ou deux…

 

Je le force à partir en vacances. La location était réservée et en partie payée depuis longtemps et je pense que nous en avons vraiment besoin pour retrouver un peu de sérénité.

 

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 2002
commenter cet article

commentaires

Brigitte 26/10/2006 21:53

Les vacances vous ont-elles permis de vous ressourcer, vous retrouver ?

Camomille 26/10/2006 23:18

Nous reposer seulement car ne pas savoir de quoi sera fait demain n'est pas une situation idéale pour des vacances.

Lucquiaud 26/10/2006 00:34

J'avais mis un commentaire mais il n'apparait point ... Je recommence donc . Toucher le fond , j'ai connu...  non à cause de la perte de mon travail, mais pour des raisons sentimentales. J'avais la trentaine ... C'est ce grand vide qui fait que l'on se néglige, qu'on ne croit plus à rien et que l'on a perdu la confiance dans les autres et en soi-même... C'est une véritable désolation ...   C'est de l'auto destruction , se nier soi ... Pourtant .... Heureusement , il y a le temps qui cicatrise et la vie qui nous pousse de l'avant...
Alors MR, va(t-ik se relever de ce K.O. ?
A demain pour la suite, bonne soirée
Farfadet

Camomille 26/10/2006 23:13

Malheureusement concernant le travail, la seule guérison possible est d'en trouver un autre...

Lucquiaud 26/10/2006 00:03

Je n'ai jamais connu cette désolation ... Se retrouver sans travail ... Par contre j'ai, une fois "touché le fond " pour des raisons senyimentales, j'avais la trentaine...  Mais pour le vide que celà opère en soi , je pense qu'il y a une réelle similitude ... Quand on se "laisse tomber ", qu'on ne croît plus à rien, que l'on perd la confiance en soi et dans les autres... là, effecttivement, commence la souffrance ...
Alors, MR, va-t-il se relever de ce KO. ? à suivre ...
Bpnsoir
Farfadet

Camomille 26/10/2006 23:12

C'est vrai qu'il y a une certaine similitude. Le fond est le fond quel que soit ce qui nous y a envoyé.

:0026:framboise:0026: 25/10/2006 16:40

une bonne décision ; je pense que dans certaines circonstances il ne faut pas se priver de prendre quelque recul même si la situation financière n'est pas au mieux. Sans doute cela permet-il de reprendre son souffle pour mieux affronter la suite

Camomille 25/10/2006 17:00

C'était nécessaire, nous étions tellement enfoncés dans le problème que nous étions incapable de trouver l'énergie pour en sortir. Rien que le repos physique aide à trouver des ressouces.
Retourner le même problème toute la journée ne permet pas de trouver la solution. Je suis bien placée pour le savoir. Si je n'avais pas décidé de m'amuser avant mon procès je n'aurais pas trouvé l'énergie d'affronter tout cela..

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories