Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2006 3 01 /11 /novembre /2006 15:34





Mick arrête son choix sur une entreprise. Il connaît la qualité des produits fabriqués, l’atelier lui fournissait le marquage.
La cellule de reclassement apporte son aide pour analyser les bilans, constituer des prévisionnels et faire une demande de prêt.
Mick s’inscrit au chômage, au cas où la transaction ne se ferait pas ou serait retardée.
Je vois quelques photos qui ne me m’enchantent pas. Je trouve l’endroit assez sinistre. Mick a une vision plus matérielle. Il s’intéresse surtout aux machines et au travail du personnel.
 
Nous nous rendons sur place. Je suis horrifiée par l’état de saleté. C’est à peine si une lueur parvient encore à traverser une minuscule fenêtre, des montagnes de papiers couverts de poussière s’entassent le long des murs, des fils électriques pendent du plafond, les toilettes sans porte sont cassées.
Le couple vendeur, la femme surtout essaie de m’endormir en me flattant exagérément. Elle répète mon nom sans arrêt (très harcèlement commercial), elle m’empêche de poser les questions pour lesquelles je me suis déplacée. Je veux connaître certains détails comptables, elle me répond de façon évasive et dévie immédiatement sur des sujets "de la plus haute importance" comme  le jardin communautaire mis à notre disposition, le salon de coiffure, la supérette et le bois qui se trouvent à proximité.
Elle m’énerve au plus haut point. Je me moque bien de ces futilités, elle me prend pour une gourde ? Je n’arrive pas " à en placer une ". Cette femme me saoule tellement que je suis prise de nausées.
Mick profite de mon malaise pour prendre congés. Nous allons dans le bois à côté. Nous restons un long moment sans parler, j’ai les oreilles qui bourdonnent.
 
Nous sommes bien d’accord : il n’est pas question que je travaille un seul jour dans ce local pourri et Mick veut être libre de faire comme il l'entend.

Ce local appartient aux vendeurs qui pensaient nous le louer. Compte tenu du caractère envahissant de ces gens et des nombreux travaux à effectuer, nous décidons de déménager l’atelier suffisamment près pour ne pas perdre les employés mais suffisamment loin pour prendre nos distances.

 

 

bavardages,choix,reprise,atelier,mauvais etat,futilites





 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 2002
commenter cet article

commentaires

krybaby 03/11/2006 13:07

bonjour atoi:!!!! si tu veus faire connaitre ton blog j'ai un forum!!! il est dispo sur mon site!! bisous!!!

Camomille 03/11/2006 22:39

Merci, je vais te rendre visite

Brigitte 02/11/2006 15:28

Pas évident de résister au babillage (harcèlement est effectivement le bon mot) des gens qui veulent vous refouler la marchandise. Vous avez eu la force de vous éloigner avant toute décision et bravo parce que, parfois, pour en finir, pour avoir enfin la paix, beaucoup acceptent et se font - hélas - avoir...

Camomille 03/11/2006 22:39

Nous nous sommes quand même fait avoir mais nous avons limité les dégats.

Lucquiaud 01/11/2006 19:24

Sage réserve...
Je perçois, un peu plus de votre personnalité "Camomille" à travers vols réactions... Vous n'êtes pas du genre à vous en laisser compter ... Vous semblez avoir du tempérament  avec ce qu'il faut de perspicacité ...
Eh bien , bonne soirée , jusqu'au prochain passage...
Farfadet  
 

Camomille 01/11/2006 22:54

On n'est jamais trop prudent. Si mon compagnon avait repris l'atelier dans le local il aurait été coincé. S'il se disputait avec le vendeur, celui-ci étant le propriétaire des lieux se serait arrangé pour le mettre dehors.
En plus ces gens habitaient à 100 m de l'atelier, ils seraient venus sans arrêt, auraient espionné nos faits et gestes (ils l'ont fait mais la distance a rendu les choses difficiles) et surtout ils seraient intervenus dans la gestion du personnel.
La vie m'a appris à éviter les problèmes, malheureusement ils me trouvent toujours.
Bonne soirée
 

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories