Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 15:37
 
 
 
 
Sur le plan privé, l’année 2005 est le miroir de la vie professionnelle. Quelques joies mais dans l’ensemble c’est une année assez grise.
 
Début février, notre petite-fille est née. Nous sommes très inquiets pour sa maman. Au cours de la grossesse, le médecin a détecté une tâche suspecte. Il préconise d’interrompre la grossesse mais Kate refuse farouchement. Elle a eu trop de mal à faire ce bébé. Après trois fausses-couches spontanées, elle ne parvenait pas à tomber enceinte. Finalement, après de nombreuses démarches et examens, alors qu’elle allait avoir recours à une FIV (fécondation in vitro), le miracle s’est produit. Quoi qu’il arrive, elle refuse l’interruption de grossesse.
 
Quelques jours après l’accouchement, Kate est opérée. Nous sommes très angoissés. L’attente pour obtenir les résultats dure une éternité… enfin ils tombent : pas de cellules cancéreuses !
 
Ceux qui n’ont pas connu cette angoisse pensent que l’annonce de la bonne nouvelle efface d’un coup les peurs ressenties dans l’attente du verdict. Il n’en est rien, je suis bien placée pour le savoir.
Kate ne sera plus jamais comme avant. La jeune femme insouciante qui voyait la vie du bon côté a réfléchi à la mort, aux enfants qu’elle laisserait, aux choses qu’elle n’aurait pas le temps de connaître, etc.
Pendant plusieurs mois elle a été très entourée car on voyait en elle une maman qui risquait sa vie pour donner naissance à son deuxième enfant. Dès que l’on apprend que tout risque de cancer est écarté, la sollicitude disparaît. Kate redevient une maman ordinaire.
Il aurait été souhaitable que son médecin lui impose une aide psychologique mais il ne l'a pas fait. Kate devient coléreuse, aigrie et désabusée.
Nous pensons que cela va passer, que c’est le fameux baby blouse.




FIV,cancer,grossesse
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 2005
commenter cet article

commentaires

Patrice Lucquiaud 21/02/2007 00:23

L'enigme de notre humanité  ???... Petit ,fragile,  humble , on peut devenir tyranique ainsi quand l'angoisse a cédé  le place à la routine, une fois rassuré  ...  C'est assez effrayant ... Farfadet

Camomille 23/02/2007 16:45

Il est des êtres peu préparés à subir les épreuves de la vie. Plus les personnes ont été épargnées, moins elles supportent les coups du destin.
C'est le cas de K pour qui la seule épreuve a été le décès de sa grand-mère quand elle était ado. Elle en parle comme s'il s'agissait d'une catastrophe nationale. 

Brigitte 18/02/2007 17:19

Et je suppose que non, ça ne va pas passer et qu'elle va rester ainsi... ?

Camomille 19/02/2007 12:17

Malheureusement, rien n'a changé en trois ans. Elle refuse toute aide et détruit son couple et son entourage.
Les amis se sont éloignés, la famille aussi... personne n'a envie d'assister à des règlements de compte surtout pour des pécadilles...

Martine 18/02/2007 07:20

J'ai connu en 1976 cette angoisse, cette peur . Après mon opération il a fallu attendre les résultats et lorsque l'on m'a annoncé que mes cellules cancéreuses n'avaient pas de ramification ce fut la joie dans la famille.Il m'a fallu beaucoup de temps pour récupérer car comme ta belle fille j'étais devenue dépressive, agressive et je ne riais plus.Depuis cette peur que cela revienne est en moi.Bises à toi et bon dimancheMartine

Camomille 18/02/2007 15:08

Merci Martine pour ton  témoignage j'aimerais en parler plus longuement car je me demande si l'attitude des autres n'incite pas à la dépression. Je m'explique :
K connaît une peur terrible, tout le monde l'entoure, la dorlote, on l'aime et la soutient... Tout à coup, quand elle annonce que tout va bien, que les mauvaises cellules ont été enlevées : plus de gentillesse, plus de soutient, plus rien comme si d'un coup de baguette magique tout s'était effacé...
Pourtant (je suis bien placée pour le savoir) il reste en nous, un doute, une appréhension qui ne s'efface jamais. Personne ne pense que nous restons fragiles et blessées.
Il est un phénomène que j'ai observé : Quand une personne a le cancer, tout le monde est gêné, embarrassé ... alors dès le plus petit signe de rémission  tout le monde crie  à la guérison comme pour se débarrasser d'un paquet encombrant.
ça les arrange tellement que le malade soit guéri qu'ils anticipent parfois tellement qu'ils ne voient pas qu'il n'en est rien.
 
 

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories