Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 16:07


En début d’année 2006 je ressens un très vif besoin de communiquer. Je fais un tour d’horizon pour trouver qui je pourrais contacter.
 
Mon premier mariage raté a chassé la majorité de mes amis. Personne n’aime la compagnie d’un couple qui se dispute, surtout quand la violence verbale s’accompagne de violence physique.
Mes demandes de témoignage en faveur de mon fils maltraité ont achevé de convaincre le peu qui restait qu’il était urgent de couper toute relation avec moi. La peur des représailles de la part de mon conjoint et de sa famille (très influente dans la région) étant un motif tout à fait recevable.
 
De retour à Paris, submergée par les tourments du divorce et l’horreur des droits de visite, je n’étais pas motivée pour me faire des amis. Le peu que mes collègues connaissaient de ma vie privée ne les incitait pas à me fréquenter en dehors des heures de travail
Je ne pouvais avoir confiance en personne, sachant que mon ex cherchait à me faire perdre la garde de notre fils. Une confidence malheureuse pouvait remettre en jeu mon droit de garde.
 
Je ne parlais pas davantage à ma famille afin de ne pas ajouter à sa tristesse. Ma mère et ma sœur qui assistaient parfois au départ ou au retour de droit de visite en souffraient énormément et je me sentais responsable.
 
Ma fuite en l’Afrique a mis un point final aux quelques relations de travail. Pour ma sécurité et pour la leur, je ne devais avoir aucun contact avec des personnes vivant en France.
En treize ans d’exil, j’ai fait de nombreuses connaissances. Les expatriés se lient et s’entraident tout naturellement. Les relations sont superficielles, assez semblables aux amitiés de vacances. De retour en Europe, n’ayant plus de préoccupations communes, les liens se défont comme ils se sont noués.
 
J’ai tenté de garder contact avec mon amie belge, celle qui m’a aidée à rentrer en France. Malheureusement, à part ressasser nos souvenirs d’Afrique, nous n’avons plus rien à partager. Elle mène une vie oisive et festive, je passe mon temps à travailler.
 
Du côté familial ce n’est pas mieux. Ma mère a quitté ce monde, ma sœur (n°3) ne m’a jamais comprise, mes autres sœurs ne m'intéressent plus.
Mon fils a sa vie, son épouse, ses enfants et il est trop impliqué par mes souffrances pour ne pas culpabiliser.
Mon mari ne m’écoute pas ; quand j’essaie de parler, croyant me réconforter, il tourne les événements en dérision.
 
Quand au hasard des rencontres, quand je crois trouver une oreille compatissante, le scénario est toujours le même. La personne m’écoute d’un air de plus en plus gêné et lance la fameuse phrase : « Bon, maintenant, c’est fini tout cela, il faut oublier… »
Ces mots me mettent en colère. J’enrage… contre moi, mon manque de discernement, il est clair que j’ennuies tout le monde avec mes histoires !
 
Je ne vois qu'une solution : écrire un blog.




 

solitude
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camomille - dans 2006
commenter cet article

commentaires

:0026: framboise :0026: 04/04/2007 17:54

voilà donc comment est né ce blog !c'est à mon avis une excellente initiative, facile pour toi qui, bien que déniée par ta famille, a un talent certain. Au-delà du plaisir que nous avons eu à te lire j'espère que tu y a trouvé un certain soulagement.bises

Camomille 06/04/2007 14:57

Oui, beaucoup de soulagement, enfin ! Je me considère guêrie. Il se passe maintenant des jours sans que je pense au passé. 
Je devrais me sentir heureuse et soulagée mais en fait j'ai le sentiment d'avoir bouclé la boucle et j'ai du mal à trouver une motivation à la vie.
 

Brigitte 31/03/2007 18:11

L'avantage d'un blog - contrairement à un journal papier - est l'interactivité. Les échanges se font librement et peut-être plus sincèrement.

Martine 30/03/2007 08:02

Bonjour,Je pense que le blog intime est peut être une bonne solution. Tu t'aideras en aidant des personnes pouvant se reconnaître comme le dit Angeliz.Mon blog qui n'est pas intime m'aide énormément à évacuer certaines choses de mon passé.Je te souhaite de tout coeur de trouver la même sérénité que moi.Bon courage.BizMartine

madoanne 29/03/2007 08:06

C'est en effet une bonne chose de faite, en espèrant que cela vous aide ..........cordialement je passe régulièrement , mais ne pose peu de commentaires, je vous lis simplement..........

angelyz 28/03/2007 17:35

une solution : écrire un blog intime et faire partager ta vie à des inconnus qui peuvent parfois se reconnaître dans certains côtés.. bizou ma grande et contente de te retrouver :)

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories