Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 10:14
 

 

Quelques jours plus tard, nous sommes invités chez Clarence pour fêter Noël. Elle a aussi invité sa sœur et son fiancé.

L’ambiance est curieuse, malsaine. Les deux couples parlent à mots couverts, pouffent de rire sans raison apparente, échangent des regards de connivence, nous nous sentons indésirables. Nous sommes relégués en bout de table, nos offres d’aide sont repoussées avec dédain, ils nous ignorent.
Un astucieux manège nous exclut complètement. L’un va fumer sur le balcon, bientôt rejoint par les trois autres. Ils prennent soin de fermer la porte-fenêtre derrière eux. On les voit rire et gesticuler derrière la vitre. Dès qu’ils entrent dans la pièce, ils n’ont brusquement plus rien à dire. Après quelques minutes, ils se retrouvent dans la cuisine (qui nous est interdite) parlent à voix basse, et rient très fort.
Nous passons la majeure partie du repas seuls à table. Mick ne dit rien mais il est de plus en plus énervé.
Pensant détendre l’atmosphère, il propose que nous échangions les présents. Il est très fier de ce qu’il a acheté. Grâce à une vente privée au personnel de l’entreprise pour laquelle je travaille, il a pu acquérir (j’ai participé) des briquets en argent pour ses filles et des ceintures pour les garçons.
Ces cadeaux semblent les mettre mal à l’aise. Peut être parce qu’en échange nous recevons des choses minables. Un pull marron pour Mick qui a toujours détesté cette couleur et des gants trop petits pour moi.
Eux s’échangent dans la joie de nombreux paquets, oubliant notre présence. Ils évoquent longuement ce qu’ils ont offert aux autres membres de leurs familles. Une chose est certaine, cela n’a rien de commun avec ce qui a été fait pour nous.
 
Mick se dit brusquement fatigué. Nous partons dans l'indifférence générale. Quand je veux parler de la soirée avec Mick, il dit que tout était très bien et qu'il n'a rien remarqué d'anormal.
 
 
ambiance malsaine,connivence,indesirables,soiree de noel,cadeaux,presents,paquets
 
 
 
Repost 0
Published by Camomille - dans 2000
commenter cet article
30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 16:03

 

Brusquement, la grossesse de Kate se complique. Elle manque de perdre son bébé et doit rester couchée.

Le repos ne suffit pas, en décembre elle est hospitalisée, la naissance prévue mi-février peut se produire d’un jour à l’autre.
La veille de Noël elle est autorisée à sortir. La mère de Kate a organisé une fête à laquelle nous sommes conviés. Je suis inquiète pour ma belle-fille mais je comprends qu’elle ait envie de voir du monde après deux mois au lit dont un passé en clinique (oui, elle a les moyens, elle !).
Le père de Kate n’a jamais accepté son gendre. Miguel m’avait dit que son beau-père ne l’aimait pas mais je ne pensais pas que c’était à ce point.
Il sert l’apéritif à tout le monde sauf à Miguel, lui coupe la parole, s’assoit sur sa chaise, retire son verre, en bref, il lui montre à chaque instant qu’il est indésirable.
Miguel se rend dans la cuisine pour aider sa belle-mère qui est seule à préparer les plats pour une quinzaine de personne. Le beau père entre et hurle " fout le camp d’ici ! " " tu n’as rien à foutre dans ma cuisine ! ".
Miguel est épuisé physiquement par le parcours maison/clinique pour voir sa femme et moralement par peur que l’accouchement se passe mal pour Kate ou le bébé.
Depuis des mois il encaisse les mesquineries de son beau-père, aujourd’hui comme nous sommes là, qu’il n’est pas seul contre tous, il se rebiffe. Il dit qu’il en marre de se faire traiter ainsi et il éclate en sanglots.
Personne ne prend parti pour lui, je suis révoltée par cette attitude lâche. J’ai envie de partir. Tout le monde continue à parler et à rire comme si c’était normal.
Mick et moi sortons dans la rue pour calmer Miguel. Nous le persuadons de remettre les explications à plus tard, Kate est si fragile.
Laisser passer de tels incidents est un encouragement par l’agresseur. Les choses vont inévitablement évoluer dans le mauvais sens.
Je fais croire à Miguel que je suis persuadée que la venue d’un petit-fils va mettre son beau-père dans de meilleures dispositions.
La soirée est gâchée. Nous nous hâtons de partir. Nous n’avons pas d’autre moyen de signifier notre colère.



noel,accouchement premature,gendre indesirable,mesquineries,soiree gachee
 
 
 
Repost 0
Published by Camomille - dans 2000
commenter cet article
28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 15:56




 
 
Kate et Miguel sont revenus de leur voyage de noces au Canada. Mes relations avec les filles restent tendues. Il m’est d’autant plus difficile de les pardonner qu’il ressort des nombreuses conversations, que leur comportement a été normal mais que c’est moi qui les harcèle.

 

La date de naissance du petit-fils de Mick approche, l’enfant est mal placé, il faut faire une césarienne.

Quand je vais à l’hôpital (elle n’a pas les moyens de payer une clinique, elle !) au lieu de trouver une maman comblée de bonheur par la naissance de son bébé, je trouve une jeune femme à l’agonie. Depuis quatre mois qu’elle vit sa grossesse comme une maladie, le prétexte de la césarienne lui permet de jouer les prolongations.
Je suis la seule à qui on ne propose pas de tenir le bébé. Mon cadeau (un très joli pyjama) m’a valu un merci très sec et je suis persuadée qu’il n’a jamais été porté.
 
Les trois premiers jours le mari de Clarence reste auprès d’elle et s’occupe de tout.
Le quatrième jour, il doit reprendre le travail. Clarence ne parvient pas à mettre la couche à son bébé (ce n’est pourtant pas si difficile à notre époque), elle appelle une sœur pour qu’elle lui montre comment faire. La sœur refuse, dit qu’elle doit se débrouiller seule. Vexée, elle sort de l’hôpital le soir même.

Elle sait qu’elle va trouver chez elle toute l’assistance voulue. Maman pour toutes les taches ménagères et son mari pour s’occuper du bébé.
Ils se relaieront pour tout assumer car elle est trop fatiguée…

 

 

 

bebe endormi,voyage de noces,canada,cesarienne,agonie,grossesse comme une maladie

 

Repost 0
Published by Camomille - dans 2000
commenter cet article
26 septembre 2006 2 26 /09 /septembre /2006 13:59
 
 
 
 
 
Je suis furieuse contre les filles. Je regrette amèrement d’avoir imposé leur présence à Kate et Miguel qui n’en voulaient pas.

Quelques mois auparavant, Kate et Miguel ont invité Clarence et son mari à dîner. Comme nous étions invités aussi, nous avons emprunté le même véhicule. Pendant tout le parcours ils se sont gavés de chocolats. Bien entendu, ils n’ont rien pu avaler du repas pourtant très réussi.
Kate et Miguel sont désolés de remporter systématiquement les deux assiettes pleines. Ils pensent que ce n’est pas bon.
La conversation est tendue. Il suffirait d’un rien pour que la dispute éclate même sur les sujets les plus anodins.

Sur le chemin du retour, la fille de Mick ne contient plus sa colère.
Si elle a bien compris, K ate est propriétaire de son appartement ?
- Oui, enfin, elle vient de prendre un crédit sur dix ans.
Comment a t elle fait pour obtenir un crédit à son âge ?
- Elle est expert comptable, elle a une bonne paye.
Tu parles ! Ce sont ses parents qui ont payé,
- Non, ses parents n’ont rien à voir dans cela, elle avait un PEL et elle a fait un emprunt, c’est tout… elle travaille depuis plusieurs années.
Elle enchaîne sur les enfants " qui ont tout " et que les parents aident, en plus… Ce n’est pas comme elle qui n’a pas de chance, qui ne peut compter que sur elle-même, et qui même en travaillant toute sa vie n’arrivera jamais à se payer un appartement…

Le lendemain, elle appelle son père disant que j’aurai pu lui dire que j’apportais des cadeaux à Kate et Miguel. A cause de moi, elle et son mari se sont sentis humiliés d’être venus les mains vides, cela leur avait coupé l’appétit et gâché la soirée.

Voilà comment cette manipulatrice, renverse la situation ! Elle se gave de chocolats, arrive sans même un bouquet de fleurs et c'est moi la responsable !
Mick me transmet ces paroles sans exprimer d’opinion comme à son habitude car dès qu’il s’agit de ses filles, il est résolument neutre.

 
Le même type de scénario est utilisé quelques jours après le mariage. Comme je refuse de lui parler, l’aînée demande en toute innocence ce qui motive ma colère. Mick lui explique.

" Mais non, ce sont des mensonges, elles n'ont rien dit !
D’ailleurs elles en ont assez : je fais une fixation sur elles. Les autres personnes ont critiqué tout autant qu’elles mais je ne les ai pas vues tellement j’étais occupée à les épier… "
De nouveau, la situation est inversée, je deviens coupable de tout..

En prenant Mick comme intermédiaire, elles sont certaines de le rallier à leur cause et comble du bonheur, elles mettent la zizanie dans notre couple.




zizanie,bouder le repas,jalousie;emprunt,mauvaise foi,fixation,fixette

 

 
 
Repost 0
Published by Camomille - dans 2000
commenter cet article
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 16:58



 

Avant de partir les filles ont une longue discussion avec leur père. Quelques instants après, Mick déclare qu’il a la migraine et qu’il veut partir. Je me demande bien ce que ses deux pestes filles ont raconté…

Il n’est pas question que je parte avant la fin du repas. Pas en ce si beau jour ! S’il veut partir, qu’il parte, je me débrouillerai. Il décide de m’attendre.
 
Pendant que je danse, je vois bien que la famille de mon ex s’arrange pour toujours se trouver près de moi. Des sourires, des petits signes de connivences puis enfin quelques mots sont échangés.
Le frère de mon ex belle-mère me demande de venir à sa table. Sans préambules, il me demande pardon… Je ne sais pas exactement de quoi. D’avoir empêché que je me marie à l’église ? d’avoir soutenu sa famille contre moi ? de m’avoir mal jugée ? Je ne sais pas, d’ailleurs peu importe, j’accepte.
Alors ses sœurs, chacune à leur tour, me demandent pardon. Nous nous étreignons et pleurons (décidément, je n’arrête pas de pleurer !).
Je leur pardonne car ils ne sont coupables que d’un manque de discernement.
Ils m’ont mésestimée. Ils ont cru ce qu’on leur a dit pendant des années.
L’attitude de mon fils leur a fait comprendre qu’ils s’étaient fait abuser. Quand à son retour il est allé vers eux sans haine, sans préjugé, qu’il a évoqué la raison de notre fuite, ils ont compris.
Je suis bouleversée.


Mick est de plus en plus malade. Un repas est organisé chez les parents de Kate le lendemain midi, si je veux y assister, il est préférable que nous rentrions.

Je parts à contre cœur.
Je garde aujourd’hui le regret de ne pas avoir profité pleinement de cette soirée et j’en tiens les deux pestes filles pour responsables.
 
 
migraine diplomatique,demander pardon,pardonner,manque de discernement
 
Repost 0
Published by Camomille - dans 2000
commenter cet article
20 septembre 2006 3 20 /09 /septembre /2006 17:16


 
 
En sortant de l’église, je confie mes craintes à mon avocate. Elle aussi a d’abord pensé que James viendrait perturber la fête puis elle a rejeté cette idée.
C’est un lâche. Il n’est pas venu au procès. Il n’agit que caché derrière les représentants de la Loi. Il s’attaque aux enfants, aux personnes âgées. Il n’oserait jamais venir dans un endroit occupé par 200 personnes qui nous sont toutes favorables.
Convaincue, je me consacre à nos invités.
Depuis le début, les filles de Mick se tiennent à l’écart. Avec leur mari et fiancé, elles passent l’assistance en revue. Mick  les a obligées à venir pour tenter un rapprochement entre les enfants. Elles affichent une attitude hostile.
Après le vin d’honneur nous décorons les voitures et partons en cortège bruyant pour le restaurant. Les filles qui n’ont pas mis les décorations, suivent en silence.
Nous buvons du champagne en attendant que tous les invités arrivent. Mick et moi essayons vainement de les intégrer aux autres groupes de jeunes.
Arrivées à table, elles changent les noms de place et s’assoient côte à côte. Elles se parlent à l’oreille, ignorent les autres convives et lancent des remarques acides à tout propos.
Elles sont les seules parmi cent vingt personnes à avoir froid. Alors qu’il fait très chaud dans la salle, elles ont décidé que la porte principale devait être fermée ce qui rend la pièce irrespirable. Après qu’elles l’aient fermée plusieurs fois, avec de plus en plus de violence, le restaurateur intervient pour leur demander de cesser de claquer la porte vitrée qui va finir par voler en éclats.
 
Bien entendu, elles ne touchent à rien de ce qui se trouve dans leurs assiettes.
Il y a beaucoup d’ambiance, on chante, on rit. Le Fiancé de Frane (la cadette) qui s’ennuie sérieusement, commence à participer, il chante et rit avec nous.

Le traître ! Elles ne peuvent laisser faire cela ! Clarence prétend tout à coup se sentir mal.

Ils sortent donc tous les quatre au beau milieu du repas, laissant une table à moitié vide.


Plus tard Clarisse elle me dira qu’elle n’était pas malade mais que le comportement du Fiancé traduisait un état d’ébriété très avancé et que son rôle d’aînée l’avait obligée à prendre les mesures nécessaires qui étaient de rentrer immédiatement (sic).

Enervée, je lui ai répondu que ce n'était pas l'alcool qui rendait le Fiancé si joyeux mais plus tôt le "pétard" qu'il était allé fumer dehors ! 

 



mauvais convive,quitter la table,ne pas participer,faire la tete,bouder,critiquer
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Camomille - dans 2000
commenter cet article
19 septembre 2006 2 19 /09 /septembre /2006 12:46




 
D’abord il y a eu les photos. Les futurs mariés sont très beaux, bien entendu. Ils sont gauches, Kate est attendrissante de maladresse, elle porte sans arrêt la main à son ventre comme pour partager l’événement avec son bébé.

A la mairie, il y a beaucoup de monde. Je cherche James dans cette foule. Sotte que je suis, je ne l’ai pas vu depuis plus de vingt ans ! Je serai bien incapable de le reconnaître !
Pourtant si, puisque je n’ai aucune difficulté à reconnaître mon ex belle-sœur, je crois que je le reconnaîtrais !
Je suis heureuse de la revoir. Elle n’a jamais pris position contre moi. Avec son époux, elle a même tenté de décourager ses parents qui s’acharnaient à nous chercher. Elle était persuadée que j’avais une bonne raison pour agir ainsi.

Il y a aussi le frère et les sœurs de mon ex belle-mère. Mes ex beaux-parents ne sont pas là. Ils ont invoqué un prétexte de santé. N’auraient-ils pas aussi bonne conscience qu’ils le prétendent ? à moins qu’ils aient peur que je leur demande des comptes ?

Quand arrive le moment d’entrer dans l’église, je saisis le bras de Miguel et nous avançons. Je dis à Miguel que je l’aime, que c’est le plus beau jour de ma vie. Il n’en fallait pas plus pour que nous nous mettions à pleurer…

Je pense au chemin que nous avons parcouru avant d’arriver là. Curieusement, alors que j’ai tout orchestré : le départ en Afrique, la planque, le retour, le procès… je n’ai jamais imaginé conduire un jour mon fils dans une église ni être grand-mère. J’avais pour seul objectif de l’arracher à ses bourreaux. Je n’ai jamais pensé à " un après ".
Et nous sommes dans " l’après ". James peut bien tirer sur moi, je m’en moque pourvu que mon fils soit épargné. Ma vie peut s’arrêter, j’ai atteint mon but. Ma tâche est terminée.

Les larmes ruissellent sur nos visages. Nous rencontrons les regards de " ceux qui savent " et qui ont les yeux pleins de larmes.

Toute à ces pensées qui se bousculent, marchant sur un nuage, j’ai complètement oublié d’avoir peur.

 

Avant de laisser mon fils pour rejoindre ma place nous nous regardons intensément. Je pense " Je t’ai mené à bon port et c’est certainement la dernière fois que je te conduis quelque part… "





photo,mariée enceinte,demander des comptes,bourreaux,but atteint,tâche terminee
 
Repost 0
Published by Camomille - dans 2000
commenter cet article
18 septembre 2006 1 18 /09 /septembre /2006 16:58
 
 


Plus la date de la cérémonie approche, plus mon appréhension augmente. J’ai peur que ce jour ne soit gâché par la venue de James,  le père de mon fils. Quand j’évoque une visite cela peut aller du "simple" scandale (au mieux) à une agression physique (au pire).
Je recommande à Miguel d’être sur ses gardes mais il ne m’a pas attendue pour y penser. Nos craintes se recoupent. Il n’est pas facile d’en parler aux autres invités. Ceux qui ne connaissent pas James croiraient que nous nous faisons un film.

Miguel apprend que des membres de sa famille ont estimé que James devait, en tant que père (!!!) être informé du mariage. Toutes les précisions lui ont été données. Il a annoncé sa venue.
Miguel  est furieux. Les personnes se justifient en disant qu’elles ne "savaient" pas que James était indésirable, et mieux encore, certaines pensent qu’en ce jour de bonheur, Miguel devrait pardonner à son père…

 
Mon fils et moi nous préparons à trois éventualités :

1) - James vient avec des intentions pacifiques : Miguel ne veut pas de lui. Il lui demande de partir quitte à employer la force.
2) - James vient faire un scandale : Miguel et les quelques amis avertis le refoulent.
3) - Enfin James vient avec l’intention de s’en prendre à moi, à Miguel ou aux deux. : nous n’avons aucun moyen de l’empêcher d’agir.

 

Quand nous entrerons dans l’église en nous tenant le bras pour aller vers l’autel, nous seront très vulnérables. Les invités seront déjà dans l’église et nous des cibles idéales.

Nous avons peur. Une fois encore, il nous gâche la vie !




angoisse,peur,agression,craintes,indesirable

 

 
Repost 0
Published by Camomille - dans 2000
commenter cet article
15 septembre 2006 5 15 /09 /septembre /2006 13:20
 
 
 
Miguel et Kate organisent seuls l’événement. Je ne me sens exclue, pas vraiment concernée.
Quand enfin je suis sollicitée, ce n’est pas pour choisir le menu, mais seulement pour accepter le prix des repas.
Je refuse de payer la moitié de la note. Je ne paierai que pour les invités de Miguel qui représentent le quart de la liste. J’ai un projet que je ne révélerai qu’en temps opportun.

J’appends avec bonheur que je vais être grand-mère. Ce n'est pas vraiment une surprise, je savais qu'ils désiraient un enfant très rapidement.

J’annonce que je souhaite offrir le costume au futur marié.
Mick et moi retrouvons Miguel à Paris un samedi matin. Nous allons dans une dizaine de boutiques qui nous ont été recommandées sans trouver notre bonheur.
Vers midi, Kate appelle. Elle veut que Miguel rentre. Elle pleure, elle ne comprend pas que nous prenions autant de temps.
Elle appelle toutes les trente minutes pour qu’il revienne. Pourquoi fait-elle cela? Miguel finit par avouer qu’ils ont déjà choisi son costume et les accessoires dans une boutique près de chez eux. Embarrassé, il insiste pour que nous venions voir ce qui a été réservé.
Pourquoi ne pas nous avoir directement amenés à cette boutique ? espérait-il que nous trouvions mieux ailleurs ?

Le costume est de très mauvaise qualité et en plus il est gris. J’ai horreur du gris surtout sur un blond au teint pâle. Le tissu se froisse, la veste fait un grand bec dans le dos. Avec le pantalon en tire bouchon, on dirait Bourvil en Plouc des années cinquante !
Pendant qu’il essaye, la vendeuse est allée chercher les " accessoires ". Elle étale devant moi une chemise et une pochette blanche ainsi qu’une cravate grise. Elle me demande si c’est la peine qu’il essaye de nouveau car tout a été choisi la semaine dernière par ma future belle-fille…
" Non, ce ne sera pas la peine, je n’en veux pas et du costume non plus d’ailleurs ".

Miguel gêné mais avec une lueur d’espoir dans le regard, propose de nous amener dans une boutique qu’il aime mais il craint que les prix soient trop élevés car il n’y a que des vêtements de marques.

C’est là, nous trouvons LE costume avec les accessoires. Un trois pièces anthracite, une chemise jaune pâle et la Lavallière assortie. Mon marié est magnifique !
Il nous remercie avec des larmes plein les yeux.
 
 
 
 
 costume de mariage,grand mere,plouc,mariage,lavalliere,cravatte,chemise
 
Repost 0
Published by Camomille - dans 2000
commenter cet article
13 septembre 2006 3 13 /09 /septembre /2006 15:50


 


De retour dans la Société de luxe, je suis bien accueillie et intégrée au groupe.
LC est charmante. Elle me confie ses soucis inlassablement. Je reste très discrète sur ma vie privée et surtout sur mon passé. De toute manière, LC ne s’intéresse pas à la vie des autres. Elle cherche un auditoire pour la plaindre, l’admirer et ponctuer ses phrases de " Vous avez raison " ou " Comme vous avez bien fait ! ".
Les autres ne l’intéressent que s’ils ont commis une faute dont la révélation pourrait faire progresser sa carrière.

Elle apprend que j’ai un fils lorsque je demande un jour de congés. Par principe, elle refuse. Je dis que ce n’est pas grave... elle accepte…
J’ai dû batailler pour que mon salaire tienne compte du passage de l’entreprise au 35 heures. Elle avait décidé que je n’avais pas droit au paiement des heures supplémentaires. Pourtant le supplément est dérisoire à coté de ce que l’entreprise paye pour moi à l’Agence d’Intérim.

Il faut toujours être sur ses gardes. Elle n’hésite pas à remettre des tickets restaurant périmés aux intérimaires. Ces tickets sont les siens qu’elle a échangé contre de plus récents. Quand l’intérimaire proteste elle se fâche, dit que certains restaurants les acceptent encore mais puisque c’est un problème, elle donne " les siens " qu’elle va chercher dans son sac.
Ce geste oblige l’intérimaire à remercier et LC jubile.

Elle est ainsi : Elle aime mettre les gens mal à l’aise, les obliger à demander une faveur pour faire preuve à peu de frais d’une grand générosité.
Elle pique des colères pour des choses insignifiantes. De nombreux intérimaires défilent car ils tiennent rarement plus de trois jours.

Mon âge me protège. Son éducation l’oblige malgré elle à me respecter. Je n’en abuse pas. Son courage m’attendrit. Je lui pardonne tout.
Ses frères et sœurs sont grands et beaux, elle est petite et difforme. Elle souffre d’une maladie génétique. Elle se bat mais elle sait qu’un jour elle entrera à l’hôpital pour ne plus en sortir. Elle a déjà dépassé le temps d’espérance de vie.

Elle souffre, physiquement et moralement. Pour cela, elle mériterait l’admiration qu’elle réclame alors que tous ne voient en elle qu’un tyran.

 
 
tyran,victime,maladie genetique,rusee,intrigante,ticket restaurant perime

Repost 0
Published by Camomille - dans 2000
commenter cet article

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories