Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 18:38



Mon comptable a enfin entendu mes appels au secours. Il alerte Mick. Si la situation ne se redresse pas rapidement, il va falloir licencier, en commençant par moi.
 
Les employés sont désœuvrés. Ils écoutent la radio en traînant sur le peu de travail que nous leur fournissons.
Comme nous déjeunons tous ensemble, je parle des difficultés que nous rencontrons pour trouver du travail. Le sujet est accueilli dans l’indifférence générale.

 
Mick se démène pour rapporter des commandes, souvent quelques bricoles à faire d’urgence. C’est le signal de départ d’un conflit qui va nous opposer à un des employés.
Cet employé que j’appellerai Claude est le plus âgé et son salaire est de loin le plus gros. Il est aigri suite à un échec de travail à son compte. Il est désabusé, n’attendant que le moment où il partira à la retraite – et il n’a que 55 ans !.

 
Non content de travailler sans cœur à l’ouvrage, il sape le moral de ses collègues.
Il dit à Mick qu’il ne doit pas accepter des délais aussi courts car il ne veut pas travailler très vite en deux jours sachant qu’il n’aura rien à faire les trois jours suivants.
Mick explique que si nous décrochons quelques commandes ce n’est pas parce que le client nous trouve plus jolis ou plus sympathiques mais simplement parce que nous sommes plus rapides que nos concurrents. Mais Claude est bien certain que les clients doivent attendre…
Je prospecte, Mick arrache des commandes et nous réduisons le déficit financier.

 
En décembre des demandes urgentes tombent. Mick dit aux employés de s’organiser pour faire une permanence pendant la dernière semaine qui d’ordinaire est chômée.
La réponse de Claude tombe comme une gifle " que l’entreprise ait des commandes on non, ce n’est pas le problème des employés… "

 
Nous envisageons de fermer l’entreprise définitivement tellement nous sommes déçus. Nous n’avions jamais imaginé qu’il pouvait régner une telle ambiance dans une entreprise artisanale. Nous critiquions nos prédécesseurs notamment leur attitude vis-à-vis des employés mais nous commençons à comprendre comment ils en sont arrivés là.

 

Cadeau de Noel, mauvais esprit,déception,pas de commande

 
Repost 0
Published by Camomille - dans 2004
commenter cet article
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 14:31
 
 
 
Sur le plan privé, l’année s‘est bien terminée. Notre chien a réchappé de justesse à un empoisonnement par raticide. Après être resté entre la vie et la mort pendant plus d’un mois, il est sauvé.
Si l’année n’avait pas été exceptionnellement bonne, nous n’aurions pas pu poursuivre l’activité. Tout nous claque dans les mains !
Fin décembre le véhicule utilitaire est tombé en panne compromettant les dernières livraisons pour notre gros client. Grâce aux premiers paiements nous avons acheté un nouveau véhicule d’occasion.
Il a fallu remplacer une grande partie du matériel qui est en fin de course, mal entretenu et rafistolé. L’aspirateur, une table à sérigraphier, le fax, du petit matériel, tout est à changer.
Le stock est en grande partie inutilisable. Il est composé de restes de matières premières qui ont été achetées pour des commandes exceptionnelles. Il est très improbable qu’elles nous servent un jour.
Nous achetons du mobilier de bureau d’occasion.

Les trois premiers mois de 2004 sont extrêmement calmes. Trop calmes. Pas d’appels téléphoniques, pas de fax… Rien.
J’ai rangé, répertorié, classé mais je n’ai plus rien à faire. Je commence sérieusement à m’embêter.
La trésorerie fond à une allure fulgurante. Cotisations, impôts, taxes, je n’arrête pas de payer !
Mes prévisions de trésorerie sont alarmantes mais mon mari refuse d’entendre.
Après des années de privations, il a envie de se faire du bien. Il a envie de faire enfin des cadeaux. Cela me fait de la peine mais je dois absolument le freiner. Je vois des jours très noirs se profiler à brève échéance.

Je prospecte par courrier, par fax et par e-mail mais comme il n’est pas convaincu de la nécessité de trouver de nouveaux clients, Mick traite ceux qui nous contactent de façon très désinvolte avec le mépris de celui qui a réussi.
J’enrage ! Le retour sur ma prospection est seulement de 3 %… chaque appel est pour moi une victoire mais dès les premiers mots de mon mari, je sais qu’il n’y aura pas de suite.
Découragée, écœurée de voir mon travail bafoué, je m’écroule et menace de le laisser se débrouiller seul. Touché par mes pleurs, il fait des efforts. Malheureusement, les devis restent sans suite.
Cela conforte sa position : je suis dans une démarche inutile.

En juin, les chiffres du semestre sont désastreux. Malgré mes relances, les clients de notre prédécesseurs qui ne se sont pas manifesté en 2003, restent définitivement perdus. Nous en avons perdus aussi quelques uns en donnant priorité à notre gros client.
J’alerte le comptable. Il me trouve pessimiste, la trésorerie est bonne, il ne voit aucune raison de se mobiliser.

Nous partons en vacances et à l’inverse des autres années, c’est moi qui angoisse alors que mon époux est serein.



  
 
Repost 0
Published by Camomille - dans 2004
commenter cet article

Présentation

  • : MA VIE EN PATCHWORK
  • MA VIE EN PATCHWORK
  • : C'est l'histoire d'une vie mouvementée, la mienne avec des joies et des peines. Le poids du silence devenait trop lourd, j'ai souhaité partager mes souvenirs avec d'autres pour qu'ensemble nous apportions des réponses à certaines de mes questions.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

 
 

Pour parler ! pour dire enfin ce que tout le monde me conseille de taire.

« c’est du passé, tout cela, il faut tourner la page, regarder vers l’avenir, etc… » s’il suffisait de dire « c’est fini », je l’aurais fait. Malheureusement ça ne se passe pas comme ça. Parler fait du bien. Rencontrer d’autres personnes qui souffrent aide à guérir. Si vous voulez lire mon histoire, cliquez sur le lien suivant :

 

 


J'ai créé une catégorie supplémentaire :

La médecine et moi 

Une rubrique indépendante dans laquelle je parle de mes relations conflictuelles avec la médecine et de ma façon personnelle de me soigner.


 

Recherche

Référencements

Articles Récents

Catégories